Le rapport entre Second Life et Real Life

Le rapport entre Second Life et Real Life (SL et RL)
(Note de Jeff Kelley, consultable sur SecondLife dans sa zone d’accueil ici)

Le rapport entre Second Life et Real Life est un sujet complexe et passionnant. Il implique des considérations historiques, économiques, sociales et humaines. Plutôt que d’asséner des théories, prenons un exemple concret.

Dans SL, nous avons cette chance inouïe de n’avoir besoin ni de dormir, ni de manger, ni de subvenir à aucune des contingences de la vraie vie. Nous n’avons jamais froid. Nous volons et nous marchons dans l’eau sans nous noyer. Nous avons encore l’immortalité car rien ne peut nous endommager ni nous faire "mourir".

Pourtant, on voit des gens manger, boire, construire des maisons ou acheter des meubles dont nous n’avons aucun besoin. Pourquoi?
La réponse est une clé de la compréhension de SL. Nous ne "mangeons" pas, nous faisons semblant de manger, ou jouons à manger, à boire, à danser. De même, nous faisons semblant d’habiter une maison. Il s’agit d’un jeu parmi les innombrables jeux que permet SL.

Chaque joueur choisira de reproduire les contingences de la vraie vie, ou de s’en affranchir pour aller plus loin.

D’autres achètent des "skins" (peaux) à plus de 1000 L$ et dépensent des fortunes en vêtements, bijoux et mobilier de luxe. Alors que rien sauf la décence ne nous oblige à nous "habiller", que le luxe ne nous apporte pas de points supplémentaires.

Certains choisiront le jeu des apparences, d’autres non.

Derrière ces exemples, on voit qu’il y a deux familles de joueurs : ceux pour qui SL est une projection de RL. Et ceux pour qui c’est un monde libéré de RL.

Mais on ne peut pas oublier que nos joueurs (nous = les avatars qui possédons chacun un joueur) sont des humains et qu’ils réagissent en humains. Un humain sera attiré par un autre humain beau et riche. Mais nous, avatars, n’y accordons aucune attention.

Au sujet des maisons
———————–

Ces préliminaires indigestes étant lus, on comprend qu’il y a deux manières de concevoir les maisons.

- Les maisons pour humains :

Elles sont des répliques de maisons humaines à notre échelle. Mais une porte humaine fait 80cm de large et nous, avatars, avons beaucoup de mal a viser une porte de moins de 2m de large surtout quand nous "laggons". De même pour les escaliers, surtout ceux en angle ou en colimaçon Les pièces sont petites et nous avons du mal à y circuler sans que notre vision passe dans le mur. Ces maisons, si elles ont l’intérêt de paramètres humaines à nous joueurs, sont de réelles tortures pour nous, avatars.

- Les maisons pour avatars :

Elles sont grandes, largement ouvertes sur l’extérieur. Elles n’ont quelquefois ni mur ni toit, et bien sûr pas de portes. A quoi bon un mur et un toit dans SL? J’aime particulièrement le bureau de PathFinder Linden, un endroit très agréable pour lire ses IM ou rédiger des mémos). Il m’arrive de l’occuper en son absence, ne lui répétez pas.

Vie publique, vie privée
————————-

Ce choix de lieux ouverts ou fermés amène la question de la vie privée. C’est un point fondamental dans SL : IL N’Y A PAS DE VIE PRIVÉE. Vous devez garder ça à l’esprit, en particulier si vous souhaitez avoir des activités "pour adultes".

Nous pouvons pénétrer dans un lieu totalement clos. Nous pouvons même voir à l’intérieur de lieux protégés par des "acces lists". Je n’explique pas comment, vous trouverez vite. Si vous le souhaitez, je vous emmènerai visiter le planétarium secret de Dalton.

Cela connu, pourquoi des portes? Pourquoi des murs? Même réponse que plus haut : pour jouer à faire semblant. D’interminables zones résidentielles sont aussi accueillantes qu’un pénitencier. D’autres joueurs préfèrent ouvrir leur monde à tous. A vous de choisir.

Derrière ça, on aura reconnu la division du monde entre propriétaires et partageurs, comme dans celui du logiciel. Certains accorderont le droit de copie à leurs objets. D’autres les garderont jalousement pour eux, pour en faire commerce. Sans vouloir porter un jugement de valeur, les deux approches co-existent dans SL. L’omniprésence des supermarchés ne doit pas occulter le fait qu’il existe beaucoup de résidents fonctionnant sur le partage. Choisis ton camp, camarade :)

About these ads

6 réponses à Le rapport entre Second Life et Real Life

  1. Riccardo Chevalier dit :

    Je désespérais de lire un tel article. Merci beaucoup, tu viens d’exprimer avec beaucoup de talent ce que je pense.

    Juste un bémol :) Ceux qui veulent créer une « aera » ou acheter une île par exemple, sont bien obligé de financer leurs dépenses de location de processeur à Linden Labs. Et pour cela il faut des $. Donc, sauf à tout financer sur ses propres deniers, il faut faire du commerce. Et dans tout commerce il faut des acheteurs. Pour que les gens achètent il faut des besoins. Désolé d’être parti d’aussi loin mais on y arrive finalement :)

    En effet il n’y a aucun besoin dans sl, mais certains veulent nous le faire croire afin de faire tourner leur commerces. Et en même temps cela est parfois pour une juste cause. Comme quoi irl ou sl rien n’est blanc ou noir, gentil ou méchant.

    Juste une dernière phrase pour permettre à quelqu’un de rebondir. Peut-on utiliser de
    « mauvais » moyens pour aider une « juste » cause ?

  2. jesrad dit :

    Voilà un article très intéressant ! Je réalise maintenant pourquoi il y a un tel gouffre entre le joueur lambda et moi… je n’ai pas de toit, je n’achète jamais rien, les vêtements que je porte dans SL sont soit ma création (non diffusés, ils sont un élément de mon identité) soit des cadeaux de mes amis, j’ai réglé le soleil pour qu’il brille en permanence pour ‘y voir clair en toute occasion, etc… que des choses qui détonnent avec le "jeu des semblants".

    Une chose cependant: Il y a aussi des gens pour qui SL est un jeu où l’on fait semblant… de vivre dans un autre monde inspiré en partie par RL ! Ce n’est alors ni une projection de RL, ni un monde libéré des règles de RL pour autant, je pense par exemple aux Goréens.

    "Peut-on utiliser de « mauvais » moyens pour aider une « juste » cause ?"

    Non, en aucun cas on ne peut faire le bien de force ;) Tout ce qui est vraiment juste est nécessairement délibéré (même si les intentions, elles, peuvent être injustes).

    "En effet il n’y a aucun besoin dans sl, mais certains veulent nous le faire croire"

    Il y a bien des besoins dans SL, et ce sont ceux que chacun décide d’avoir, c’est tout. Ne substituez pas votre jugement à celui des autres joueurs.

  3. Riona Rimbaud dit :

    Pour ma part je fait partis de la catégorie apparence. Honte? géne? nenni! .
    L’avatar est en quelque sorte le mirroir aux alouettes de nos vies RL . Je ne dit pas que je suis pauvre, moche (subjectivité ^^), ou que je me sape a coup de sac auchan! non juste que Riona est mon moi "sublimé" certains prennent ca pour de l’arrogance, du "m’a tu-vu" ou encore du "peteplushautquesoncul", il n’en est rien.

    J’aime le luxe et les ptites choses qui brillent, par défaut Riona aussi. J’aime la beautée et l’excentricité, riona aussi. Par contre je pense qu’un tel monde offrant de multiple moyens pour "s’habiller" en skins et vêtements doit tout de même etre pris en considération. Ca m’énerve de voir certains gus la b… a l’air avec un casque de vador sur la tête et le corps de E.T. Ils ont tout a fait le droit de le faire! mais qu’ils respectent aussi les autres. Ces derniers temps (dus aux vacances?) l’aera en est remplis. Certains nouveaux résidents tente de s’immergés d’autre ne font qu’un saut et on les revoit plus et d’autres enfin font n’importe quoi, quand on leurs demande poliment d’arrété ce bazard la réponse est quasiment la même : "hooo hé! c’est un jeu arrete de te la pt!" textuellement!. Alors donc, parceque c’est un jeu on a le droit d’insultés, de foutre le bazard a un tel point que ca fait sauté la sim entiere et d’étre d’une grossieretée affligeante? non et non!.

    Concernant la vie privé elle n’est effectivement que chimêre, cependant possible par le biais de moyens détournés et pas tout le temps compréhensible par le joueur "lambda" (terme horripilant par ailleur :/) .
    On a le droit de ne pas participé a la vie économique de SL, de jouer les hermites chevronnés. Mais en ce cas on se doit de respectés ceux qui y participent, a votre avis? si tout le monde etait en basic, ne vendais et n’achetais rien? combien de temps SL tiendrait pour LL? . Se moqué d’une personne et la jugée comme futile et hautaine parce qu’elle a achetée un skin trés cher je trouve ca minable. Quand ont discutent ensemble (terme général), souvent les personnes qui s’implique économiquement parle RP et les autres résidents comme si c’était un WoW-like. Oui c’est moi qui m’exprime a travers Riona, mais avec cette nuance de Roleplay qui veut dire que mon avatar a une histoire apparentiere, alors soyez gentils les nouveaux venus, on vous demande pas… pardon… on ne vous FORCE pas a etre un autre, mais juste a devenir un peu plus ouvert aux autres. Ca marche dans les deux sens.

    *cheek*

  4. Utopia Deschanel dit :

    Je pense que SL et SR sont imbriquées inévitablement et que que notre avatar est un partie de nous que l’on sublime.
    Et nous avons tous une façon de nous sublimer qui est lié à notre personnalité notre façon de voir la vie…
    Perso je suis etonné de voir combien SL est peuplé de "bimbo ultra pouf". Désolée pour celles qui se reconnaitront. Sl est vraiment le reflet de notre société. Beaucoup pensent pour se démarquer qu’il faut etre ultra bien foutu, habillé de façon provoquante… Il y aurait là des questions a se poser sur l’inconscient féminin. Et cette critique je la fais à moi meme en premier. Si je ne suis pas dans l’extreme rencontré a chaque coin de rue de SL, je me suis tout de meme faite grande, mince avec de sacrés "arguments", féminine jusqu’au bout des ongles.
    Mon avatar est indubitablement celle que j’aimerais etre idéalement et donc impossiblement. A partir de là, on peut se demander ou commence et se termine le "jeu" et ou commence la thérapie … rires
    Mais finalement tant que l’on se met des limites, tant que SL ne reste qu’un "jeu" comme un autre, il n’y a pas de mal à se faire du bien.
    La grande question pour moi reste l’attachement que l’on peut avoir pour d’autres avatars … etres qui n’existent pas mais pour qui ont peut ressentir un attachement, un désir… je trouve cela effrayant et si j’y reflechi vraiment, c’est ce qui me ferait claqué la porte de SL.

  5. Youenn Gunawan dit :

    Discussion très intéressante, ma foi !

    Comme quoi, pour un simple "jeu", on peut avoir différentes approches/actions/buts… A mon avis, c’est surtout dû à la non-simplicité de ce jeu. On aurait été dans un WoW-like, c’eut été différent. Si on était une bande de paladins, d’archers elfes, de nains rieurs ou d’orcs mal léchés, effectivement, vu le décalage entre RL et ce monde, ce serait dur de s’impliquer autant que dans SL. Mais ça arrive tout de même ! Et on y voit des joueurs se démener pour chopper l’armure top-invincibilité de niv.+2000 et l’épée-démon à rayon laser (oui, j’exagère ^_^).
    Alors, finalement, les skins à 1.000L$, pourquoi pas ! C’est dans le même ordre d’idée…

    C’est pourquoi j’arrive à être d’accord avec les 4 commentaires ci-dessus.
    – tout comme Ricardo, je comprend bien qu’on en arrive à devoir établir un commerce pour construire sa propre aera. Malheureusement, à moins d’être très généreux et très riche, on a pas beaucoup le choix… Après, on peut nuancer et estimer si le résultat obtenu est plutôt de type "commerçant" ou plutôt "partageur" et choisir suivant ce que l’on cherche. Ou le créer nous-même !
    – Jesrad le souligne très bien : dans SL, on peut créer ses propres vêtements, modifier sa peau, son corps, etc. Quoi de plus valorisant, de plus excitant que de le montrer à tous ? Celà n’a rien d’exhubérant, de provoc ou de vantard. Si je ne dit pas trop de bêtises, l’art est un moyen d’expression. Certaines personnes, timides quand il s’agit de parler en public, se sentent plus à l’aise avec un piano, un pinceau, une souris ou un appareil photo dans les mains. Sans cet "outil", personne ne les entendrait. Et alors, adieu Mozart, De Vinci, les créateurs de merveilles SLiennes et Yoald ! Alors, peu importe le vecteur : exprimez-vous !
    – je me retrouve beaucoup dans ce qu’écrit Riona. Sauf que le luxe ne m’attire pas forcément… Mais être "beau" dans SL, celà n’appartient qu’à nous. C’est un autre moyen de s’exprimer, en suivant les critères qui sont les notres. Peut-être que le jobard que tu citais se trouvait bien ainsi ? Tout du moins, amusant. C’est parfois dur à accepter la liberté de chacun, surtout quand on n’a pas les mêmes critères, la même approche de SL. Mais qui peut dire ce qu’est vraiment de jouer à SL ?
    – je suis ravie qu’Utopia parle des bimbos que l’on croise à chaque coin de rue. Effectivement, on voit plus de top-models féminins que masculins. Pourquoi ? Mis à part les rambos-like ou les Tom Cruise-like, on voit aussi des hommes à peu près normaux (enfin.. qui ressemblent déja plus à la RL). Mais pourquoi autant de belles femmes ? Il ne m’appartient pas d’en juger. Et moi aussi, j’essaye de soigner mon apparence. Si celà me plait à moi après tout !

    Personnellement, si j’adore jouer à SL et ce dès que j’ai commencé (donc depuis peu), c’est à cause du côté immersif (plongeon dans un autre univers) qui fait que j’aime aussi les Jeux vidéos (RPG sutout), les jeux de rôles, les bandes dessinées, les films de fiction, les romans. Sauf que dans SL, on est acteur comme dans les JVs, mais qu’en plus, les autres personnages le sont aussi (comme dans les MMORPGs) et que, là où SL se démarque et va encore plus loin, c’est qu’en offrant la possiblité de copier la RL ou de s’en éloigner tout en y étant lié, il offre des possibilités quasi-infinies, à même de répondre à la demande de beaucoup de joueurs en ligne. D’où la rencontre entre Riona et Dark Vador sans son slip ! ;o))

    Pour conclure, je dirais qu’effectivement, il y a un rapport entre RL et SL. Ne serait-ce que par les échanges économiques entre $ et L$. Je le déplore car ce n’est pas forcément quelque chose que j’apprécie dans la RL… mais, en même temps, c’est un système de règles. Or, il ne peut y avoir de jeu sans règle. De même dans la RL, si nous étions restés dans le cocon du jardin d’Eden, nous n’aurions jamais pu jouer à SL car personne n’aurait eu l’idée, ni le bseoin de le créer. Et ça m’aurait bien embêté ! ^_^

    Et pour la question subsidiaire des "mauvais" moyens pour une "juste" cause, je répondrais que :
    – dans la RL, malheureusement oui et l’Histoire est pleine d’exemples.
    – dans SL… je pense que oui, car SL est trop lié à RL pour que ce ne soit pas le cas.

  6. Baley B dit :

    C’est vrai que ce débat est passionnant, le plus passionnant sans doute que l’on puisse aborder à propos de SL (je suis mal placé pour dire cela, j’ai innondé slobs de question pratiques diverses …).

    Pour simplifier les choses je vois 3 catégories bien distinctes dans SL :
    les joueurs, les mercantiles et les sentimentaux, chacun va mixer ces 3 types de comportements de manière différentes.

    1 Les joueurs :

    Si vous abordez SL avec un esprit de découverte ludique, pas de problème, vous évoluerez sans mélanger vos sentiments avec le virtuel et vous verrez ce monde comme un énorme parc d’attraction. Vous ne risquez pas grand choses simplement pensez à dormir …

    2 Les mercantiles :

    Si vous abordez SL avec un esprit mercantile, vous commencez à touchez a qlq chose de plus profond et SL commence à ne plus ressembler à un jeu, il demande des stratégies des investissments, retour sur investissments,il y a la concurrences … c du bizz et les plus malins arrivent à en vivre, mais attention pas tous…
    le risque : perdre vos euros…

    3 Les sentimentaux :

    Il me semble que c’est le comportement le plus interessant.
    Il n’y a plus de jeu, mais une recherche d’un mieux être.
    Votre avatar n’est plus un personnage anodin, il est votre moi refoulé, celui qui frustré par les difficultés de la vie, l’éducation, va chercher l’ame soeur, la débauche … la fuite.
    Là, il peut y avoir danger, parce que la barrière RL/SL y est la plus fine, voire même un risque de basculer du rl vers le virtuel.
    C’est une excellente thérapie quand on sait faire la différence et quand l’implication est maitrisée, c’est un piège terrible quand les sentiments s’en mèlent (c du vécu !) et qu’ils prennent le dessus.

    Il ne faut pas oublier que derrière chaque avatar ce cache un être réel, mélange de ces 3 comportements plus ou moins bien dosés.
    C’est ce qui rend le principe hyper intéressant : les réactions sont humaines.
    En cela je ne considère donc pas SL comme un jeu, parce qu’il trop est réaliste, on n’est plus au pays des fées … pour reprendre l’idée de Youenn.
    On est dans un monde parallèle, une réplique de notre monde réel, nous avons des érections, des relations humaines et sexuelles, nous pouvons fumer (d’ailleurs merci d’arréter c interdit depuis hier dans les lieux pubilcs… pas lol), consommer, aimer.

    Linden a créé une véritable nouvelle conquète de l’ouest un nouvel Eldorado, ou chacun y trouvera ce qu’au fonds de lui, il est venu chercher consciemment ou inconsciemment (fun, reussite, amour).
    Cela peut devenir un champ d’investigation psychologique et sociologique interressant.

    C’est aussi génial que flippant, ce n’est donc plus du jeu, c’est la vie!

    Cordialement,
    Baley Bissell

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: