The Wastelands

Toute oeuvre de création devrait être inspirée par une valeur, par une profondeur qui fera d’elle un élément unique dont la présence sera justifiée par sa seule existence : il n’y a rien de pire qu’une oeuvre vide… et on sait que Second Life en regorge. Ah si peut-être, une oeuvre « utile », mais ce n’est heureusement pas le cas de The Wastelands. Ouf.

The Wastelands

SIM : The Wastelands (134, 151, 58)

D’un abord peu engageant du fait de son aspect délabré post-apocalyptique, The Wastelands s’avère rapidement très intéressant et n’importe quel curieux comme moi s’immergera dans son ambiance en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

The Wastelands The Wastelands The Wastelands

Premier constat : l’auteur de cette SIM a reproduit ici l’ambiance du jeu vidéo Fallout avec beaucoup de précision, on s’y croirait. Bien sûr les plus jeunes d’entre vous ne sauront pas de quoi je parle, Fallout étant un jeu antédiluvien, et c’est la raison pour laquelle j’ai mis le lien. Sâchez toutefois qu’il a existé depuis lors de nombreux jeux dont il fût l’immanquable et l’incontournable référence dissimulée (un peu à la façon dont le film Blade Runner inspire encore aujourd’hui bon nombre de films de science-fiction alors même qu’il n’a jamais eu lui-même de succès populaire).

The Wastelands

Second constat : il y a eu ici un travail énorme sur les textures, j’espère que mon travail le rend bien, ces mêmes textures qui font indéfectiblement défaut aux constructions vides dont je parlais plus tôt et qui permet ici de créer un milieu crédible dans lequel on s’immerge sans s’en apercevoir et qui finit par nous prendre dans son jeu.

The Wastelands The Wastelands The Wastelands
The Wastelands The Wastelands The Wastelands

Troisième constat : le créateur de The Wastelands a de l’humour, c’est d’autant plus flagrant au milieu de cette désolation où il a disséminé un peu partout des affiches, des pancartes et des annonces qu’il ne faut surtout pas manquer. Ce constat rejoint d’ailleurs le dernier que je ferai ici : le souci du détail. Ce n’est qu’après un bon moment passé à arpenter The Wastelands qu’on peut se rendre compte à quel point notre attention est continuellement sollicitée à notre insu par tel ou tel détail : un élément du décor, une forme au loin, une affiche, un clou sur le sol, une tâche à l’origine douteuse…

The Wastelands

The Wastelands, c’est comme un grand terrain vague poussiéreux sur lequel on vagabonde sans but et sur lequel tout est permis, une zone résidentielle sans dirigisme forcené dès sa conception, la liberté totale pour ses visiteurs. Et pas mal de bordel aussi… Au gré de nos pérégrinations sur son territoire, on trouvera un accueil robotisé, un bunker mal fâmé, la construction d’un égout géant, des quartiers abandonnés, une statue inique, un vieux cinéma, une machine inconnue et des restes, des restes, des restes…

Th Wastelands - Robot The Wastelands The Wastelands
The Wastelands The Wastelands - Gene replacement The Wastelands
The Wastelands The Wastelands The Wastelands

Il existe des centaines de lieux de valeur dans Second Life qui méritent d’être connus. The Wastelands est incontestablement l’un de ceux-là et je souhaite remercier Phli de m’y avoir emmené et de s’être proposé comme guide quelques temps dans la découverte de cette SIM assez spéciale.

 

The Wastelands - the end

Yoald, post-traumatisé et PAS LISSE…

Références : Fallout, le jeu. Blade Runner, le film.

 

 

Publicités

8 Responses to The Wastelands

  1. carpentier madison dit :

    oui j aimerai bien jouer a ce jeu !!!

  2. Maeni Skall dit :

    J’adore ces sim aussi bien fignolées et travaillées dans le souci du détail. Les textures sont en effet magnifiques, et je suis jalouse pour la finesse de leurs réglages ;p
    Au passage, un énorme merci pour le travail que vous réalisez sur SLObs qui est devenu (pour moi en tout cas), mon outil préféré de découverte et d’information.
    Merci à toute l’équipe !

  3. Yoald dit :

    Oui, The Wastelands est une SIM très aboutie, sans doute la plus travaillée qu’il m’ait été donné de voir jusque-là bien qu’elle ne paye pas de mine et qu’aucun effet tapageur ne soit mis en oeuvre. Même les résidents font l’effort de se vêtir en cohérence avec le décor. À ce propos, il y existe sur place des magasins permettant de s’équiper en conséquence, au cas où.

  4. Jay Robson dit :

    Phli, bravo pour cette trouvaille et merci à Yoald pour les photos qui ne suscitent qu’une seule chose pour moi, l’envie d’y aller, sur ce je ne vais pas perdre plus de temps et m’y téléporter.

    Bonne continuation !

  5. Jay Robson dit :

    Superbe ! Ce reportage ne suscite qu’une seule chose, l’envie d’y aller, sur ce je ne perd pas plus de temps et vous dit bonne continuation !

  6. florence meichel dit :

    bonjour à tous

    Tout à fait d’accord avec toi Yoald lorsque tu dis : il n’y a rien de pire qu’une oeuvre vide… et on sait que Second Life en regorge.

    c’est aussi mon sentiment quand je visite SL !

    Wastelands fait partie des sites intéressants sur le plan esthétique…pour moi, ce n’est pas le sujet traité qui fait la beauté du site mais vraiment la recherche et la qualité des détails…en cela, c’est un travail d’artiste…j’en ai vu d’autres…mais pas assez à mon goût….ce qui me fait dire que le potentiel créatif et artistique est sous-exploité…tant mieux : ça laisse plein d’opportunités ! 🙂

  7. Nessy dit :

    Encore merci Yoald pour ce beau reportage, je reviens de cette zone, magnifique bien que réellement apocalyptique !

  8. NeoBokrug Elytis dit :

    (English) I will try to keep this simple for a better translation. Thank you all for the wonderful comments. The sim is the creation of everyone who lives there. Most of the builds are from each resident. Some buildings are pre-fabrications. Plans are around the corner for additional sims. Please stop by and check out the Salvage game, and combat games. Not only is the place pretty, but it has content too. Again, thank you all for such kind words.

    -Neo

%d blogueurs aiment cette page :