Isle of Wyrms

Yoald va détendre l’atmosphère, un petit peu de lecture pendant le downtime, pour le plaisir des yeux.

On entre dans l’Isle of Wyrms comme on entre dans un club privé : sous l’oeil inquisiteur de la direction. Mais le décor grandiose et l’originalité des avatars présents contrebalancent positivement ce qu’au final on ne réalise que si l’on passe assez de temps dans l’Isle of Wyrms pour le remarquer (voir la conclusion).

Isle of Wyrms

SIM : Limbo (135, 119, 21)

L’arrivée près d’une sandbox surprend un peu. Lorsque je suis apparu dans l’Isle of Wyrms j’ai immédiatement été assailli par l’agression visuelle et auditive d’armes virtuelles auxquelles s’essayaient quelques utilisateurs. Inapproprié, mais bon… Passé ce refroidissement forcé j’ai pu accéder au temple principal, lieu de découverte et d’initiation de l’univers étrange et haut en couleurs des dragons de Second Life.

Il faut savoir que les résidents-dragons, joueurs RP, s’impliquent dans leur avatar dès sa « naissance »et vivront avec lui son évolution jusqu’au stade adulte. Le processus de passage de l’enfance à la maturité, avis aux volontaires, met plus de trois mois réels ! Un vrai parcours du combattant. N’ayant bien évidemment pas ce temps pour expérimenter la vie des dragons je me suis rabattu sur l’espace de démonstration (photos ci-dessous) qui permet de voir l’évolution de tous les grands types de races : Tonnerre, Feu, Glace, Anubis, Spirituel, etc.

On ne sait pas trop comment les dragons sont conçus, leur intimité restera un secret bien gardé, mais on sait en revanche où ils naissent. La grotte des naissances, qui contient aussi les blasons des différentes familles et organisations dragons, s’avère sans surprise être également la salle des trésors : nous savons tous à quel point les dragons prêtent de la valeur aux choses qui brillent… Toujours est-il que des dizaines d’oeufs sont ici rangés en ligne au milieu des pièces d’or sous le regard protecteur de dragons adultes très inquiets à l’idée de nous voir batifoller au milieu de leur progéniture.

Je quittais plus tard cette salle surprenante, les dragons adultes sur mes talons. Tout le reste de la visite le fût sous la pression de leur présence insistante et, disons-le froidement, cela me poussa à écourter ma visite sous peine de devoir me fâcher, ce qui aurait été un comble pour l’humble visiteur que j’étais sur leur territoire.

L’Isle of Wyrms est donc un lieu majestueusement conçu, très beau et très détaillé dans lequel on passe vingt minutes de découverte agréable pour étancher rapidement notre curiosité à l’égard des dragons et de leurs superbes avatars. Malheureusement, on n’a pas grand chose à tirer de plus de ce territoire où l’aspect RP et l’ambiance générale très surfaits sont le pendant direct du précieux trésor que protègent si avidement nos charmants vers : du clinquant mais pas de fond.

Un grand merci à Gilles Latynina pour m’avoir servi de guide lors de cette visite éprouvante ainsi qu’à Marineoceane Princess pour… euh… eh bien parce que c’est elle 😉

Gilles et Marine

Yoald, pêcheur…

 

Advertisements

2 Responses to Isle of Wyrms

  1. Salut et merci pour le descriptif de Limbo. J’ai pu assister il y a quelques temps à la naissance des dragons, c’est vrai, une atmosphère particulière se dégage de ce lieu magique et parfois déroutant. A noter, devant l’entrée du temple, sur un promontoire (enjambant le Stix pourquoi pas?), la fameuse porte des étoiles que l’on retrouve dans plusieurs mondes SL. Des avatars en freebies en prime aux fouineurs…

  2. kefrens dit :

    J’adore ce lieu, et sa philosophie, que j’ai eu le plaisir de visiter il y a quelques temps déjà.
    Dommage que tu n’aies pas croisé Daryth Kennedy souveraine de ces lieux…

%d blogueurs aiment cette page :