COPY OR NOT COPY ? Ou le partage des biens dans la communauté

On est toujours tenté de posséder ce qui est beau, d’imiter ceux qui ont réussi.
Toutefois, tous les moyens ne sont pas bons pour y parvenir.
Ca commence comme un billet d’humeur.

Chouette, penserez-vous ! Eh bien non, aujourd’hui, Phylire ne vous fera pas rire avec ses dernières misères, mais à défaut de vous divertir, ces quelques lignes pourraient vous éviter bien des désagréments.

Hier, comme à mon habitude, j’ai pratiqué un de mes loisirs préférés : le shopping.
C’est une chose bien connue, les femmes n’ont jamais rien à porter.
Je furetais dans les boutiques quand j’ai remarqué un ensemble très tendance, aux tons pastels, sans hésiter une seconde, convaincue de l’aubaine, je paie et fonce chez moi pour l’essayer.


Quelle mauvaise surprise alors que de constater que si la coupe était parfaite, les couleurs ne m’allaient pas du tout au teint.
Loin de me formaliser, j’envisageai donc de modifier les couleurs: impossible! No modify!
Je songeai alors à l’offrir: impossible! No transfer!
Qu’à cela ne tienne, j’en ferai une copie. Mais cette fois encore, échec.
Encore un vêtement qui va rester au fond de ma garde-robe…
Autre cas d’une autre mésaventure survenue à de nouveaux commerçants.
Ceux-ci ont eu la mauvaise surprise de retrouver leur boutique dénudée de tout support publicitaire.
Quelle était leur faute ?
Une simple imitation d’un logo bien connu…
Dans ces moments, on voudrait fustiger le créateur et le taxer d’égoïsme mais ce serait raisonner de manière primaire et non constructive.
Cherchons donc plus loin les motivations de ce dernier à agir de la sorte :
Chacun est attaché à ses petites affaires et c’est bien là où le bât blesse.
Aussi, l’acquéreur doit-il faire la différence lors de son achat entre le concept et le produit fini.
Le premier est une base, un « calque » sur lequel il établira son projet et pourra moduler au gré de ses propres idées.
Le second est un ensemble finalisé, dont tous les paramètres ont été étudiés pour répondre à un besoin précis et transmettre un style, un savoir-faire, une image de marque.

Derrière chaque création, chaque image, chaque logo, chaque slogan se cache une sensibilité, une recherche de symbole et surtout des heures de travail.
Aussi, afin que tout talent puisse être reconnu et toute oeuvre respectée, la législation a mis en place des textes.
On entre dans le domaine explosif de la propriété intellectuelle et des droits d’auteur.
Deux éléments très proches, dissociables mais complémentaires et surtout qui vous seront opposés ensemble lors de procédures.
La propriété intellectuelle protège le bien lui-même mais surtout tous les sentiments, les idées qui ont traversé l’esprit de son créateur au moment de sa réalisation.
Quant aux droits d’auteurs, ils représentent tous les avantages et gains liés à l’exploitation dudit bien.
Dernier détail : Soyez prudents lorsque vous uploadez, pour votre sweet home, une image, un tableau ou un poster. Assurez-vous toujours, si vous n’en êtes pas le propriétaire, qu’ils sont libres de droits.
Dans la négative, sollicitez l’autorisation de son auteur.

N’oubliez pas, sur Second Life, tout est possible mais les frontières du respect d’autrui sont impénétrables.

Pour les plus curieux, plus d’infos sur :
– la propriété intellectuelle : www.inpi.fr
– les droits d’auteur : www.culture.gouv.fr/culture/infos-pratiques/droits/index.htm

Advertisements

4 Responses to COPY OR NOT COPY ? Ou le partage des biens dans la communauté

  1. riona dit :

    Joli billet d’humeur plein de bon sens et d’une dose d’utopie 🙂

    Malheureusement les contrefaçons seront toujours de mises, les no-copy/transfert/mod sont la résultante de tout ca.

    Ah phylire la prochaine fois que tu fera du shopping fait comme moi et prend un étalon couleur ( et le premier qui me sort une blague vaseuse sur mes derniers mots je le crucifix sur place :p )

  2. Willow dit :

    Salut Phylire, bravo pour ton billet!
    Une information a particulièrement attiré mon attention, celle de l’enlèvement des supports publicitaires de boutiques utilisant des imitations d’un logo bien connu.
    Parles- tu du logo de Linden Lab?

  3. DD Ra dit :

    Bonsoir,

    Willow je crois que Phylire fait allusion au passage des Lindens qui effacent les logo et produits des marques « contrefaites » sur SL (arrivé en zone francaise il y a peu)

    Riona : si je te demande « couleur est il s’il te plait? alors qu’étalon -neur de poster le premier commentaire… tu me crucifie tout de suite ou je peu sortir mon crucifix et faire mes prières ?

    Bises ^_^,
    DD Ra

  4. Willow dit :

    Merci DD Ra pour cette précision!

    je me demande bien comment ils font pour contrôler cela! Mais c’est pas si mal qu’ils le fassent!
    si seulement ils pouvait être aussi vigilant pour leur moteur de recherche interne! 🙂 ,truffés de faux mots clés!

    A bientôt!

%d blogueurs aiment cette page :