Une démocratie terroriste dans SecondLife ?

Au lieu de présenter comme d’habitude quelques photos sympas d’un des lieux les plus intéressants ou les plus jolis de SecondLife, je vais enfiler mes gros sabots et plonger pieds devant dans le reportage-investigation pour révéler au grand jour un sentiment montant dans la communauté francophone. SecondLife n’est pas un jeu, l’argent y est le nerf de la guerre, les « Landbarons » (1) y règnent en maitre et une partie de leurs « sujets » songe à se révolter. Coup d’oeil sur la situation du petit terrorisme francophone…

Cela fait déjà un moment que l’on entend parler de terrorisme dans SecondLife, de grieffers (2) surtout et d’autres armées révolutionnaires. Essentiellement anglophones, ces phénomènes n’attendaient que la disparition de la timidité francophone pour s’exprimer et, maintenant que les chiffres officiels de la population sont connus, les francophones s’émancipent et fomentent eux-aussi leurs propres groupes de « libération ». Ceci étant dit, comment ne pas débuter cet article par le très national Hymne français et nous rafraîchir la mémoire avec son texte puisque c’est aussi à Marseille que débute mon histoire ?

Parti de Terra Marseille où se trouve mon studio photo, c’est en rejoignant Terra Toulouse que j’interrompis ma promenade quotidienne pour la transformer en investigation alors que je découvrais la présence d’un panneau publicitaire bien étrange en plein coeur du centre-ville.

U.A.R. Union Révolutionnaire Armée

Intrigué par son accroche sombre et inspirante, j’ai suivi le lien qui y était rattaché. L’U.A.R. (Union Révolutionnaire Armée) avait établi son QG dans la sim « France Centre » et nous invitait à la rejoindre là-bas pour y recevoir de l’information. Deux membres de l’U.A.R. étaient déjà présents lorsque je parvins sur les lieux : pas le temps de penser à autre chose, je devais en savoir plus et j’entrepris d’entrer dans leurs locaux afin de m’informer.

UAR

Malheureusement leur QG était encore fermé aux visiteurs et je compris rapidement pourquoi : tandis que j’effeuillais péniblement les trois « notecards » d’information mises à la disposition de leurs recruteurs (note 1, note 2, note 3), je constatai qu’au premier étage les membres de l’U.A.R. étaient en pleine séance de fabrication d’une arme automatique, voir ci-dessous.

Compte tenu des fiches d’information de l’U.A.R., des panneaux affichés partout dans leur local et de l’activité qui se déroulait à l’étage au moment de mon passage, je me suis mis à m’interroger sur la présence d’un tel groupe dans une zone francophone de SecondLife et plus particulièrement classée « PG », mais également sur la diffusion de leur « message » dans la communauté. Je suis pleinement conscient que le présent article participe de la diffusion de ce message et il me semble opportun d’informer le public sur ce point : je considère que ce serait jouer l’autruche que de ne pas regarder l’U.A.R en face et de la laisser se développer dans l’ombre, au moment où il en est encore à sa fondation, sans poser autour de moi la question du devoir, de la responsabilité morale et du professionnalisme lié à la structure de l’argent ainsi qu’à son contrôle dans SecondLife. On ne parle plus de quelques centimes d’euros ni même de dollars, les sommes engagées aujourd’hui dans SecondLife par nos Landbarons se comptent avec 3 et même 4 zéros dans la monnaie sonnante et trébuchante du monde réel. Et c’est bien de cela qu’il s’agit car l’U.A.R. vise à remettre en cause la gestion des territoires par leurs administrateurs.

D’après Anubisnumero01 Giha, fondateur de l’U.A.R., son organisation « se situe entre le RolePlay (3) et une opération sérieuse. » Il ajoute par ailleurs que « nos revendications sont sérieuses et nous comptons bien nous exprimer à ce sujet« . L’objectif de l’U.A.R. étant, au final, « le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple sans discrimination« . Beau dans le principe, on ne peut pas leur reprocher de vouloir appliquer les principes de base de toute démocratie à l’univers de SecondLife, jusque-là basé essentiellement sur des initiatives personnelles, d’autant plus qu’ils prônent le dialogue avant tout. Mais c’est un marché de dupe et je ne suis pas sûr qu’ils en aient réellement conscience puisque plus tard Anubisnumero01 Giha ajoutait : « les armes ne tuent pas, elles ne blessent pas, elles ne provoquent pas la douleur, elles n’ont aucune influence directe sur la personne (…) Elles seront utilisées en cas de non dialogue« . Un moyen de pression pour combattre les décisions unilatérales des Landbarons et leur mainmise absolue sur leurs territoires et les résidents qui y vivent, y pénètrent et s’y déplacent. « Ce sont les mêmes qui s’inquiètent et censurent nos actions » ajoute Anubisnumero01 Giha, « Leurs « bizness » crapuleux sont expliqués dans une note (…) une explication brève est distribuée à ceux qui le désirent sur ce système pyramidal qui contamine cet espace dit « de liberté ». » Et les moyens pour y parvenir sont clairs : « Si aucune revendication et si aucun accord ne sont trouvés, nous agirons en conséquence« . Autrement dit, par les armes, par des pressions sur l’ensemble de la population francophone et par ce que sont capables de faire les armes dans notre monde virtuel : push, orbitage, spam et lag.

Tous les mouvements terroristes débutent leur action violente par de bons sentiments… et une bonne dose d’ignorance. SecondLife n’y échappe pas.

Manager Terra Virtualis

De retour à Terra Toulouse après mon escapade au QG de l’U.A.R., je rencontrai par hasard Gabrielle Sinatra, une « Manager Terra », et en profitai pour l’interroger sur la présence de la pub de l’U.A.R. sur son territoire. Bien sûr, celle-ci n’en avait jamais entendu parler et, après un bref instant de prise d’information, décida de supprimer le panneau publicitaire sur-le-champ en précisant : « On compte un peu sur les résidents aussi pour ce genre de trucs (…) on est humain et même si on prend tout ça au sérieux, on essaie aussi de s’amuser… alors on ne joue pas à la police 24h sur 24« . Cette dernière remarque m’interpella : cela signifiait-il que malgré les sommes en jeu — une île/région coûte 1675$US réels plus 295$US réels en frais de maintenance chaque mois (Source : site officiel) — tout cela restait effectivement un « jeu » pour les Landbarons ? Il était temps pour moi d’obtenir quelques réponses de certains d’entre eux.

Selon Nibb Tardis, fondateur de Terra Virtualis et propriétaire de la région de Terra Toulouse, « mon interlocuteur, c’est le proprio du terrain (…) » Il justifiait par là l’expulsion immédiate du panneau de l’U.A.R. par son manager. Il voulut ensuite me convaincre de sa non-responsabilité dans cette affaire en précisant que « On ne peut pas être tenu responsable des agissements de résidents chez nous. (…) pour être tenu pour responsable, il faut être au courant. Je ne peux pas matériellement regarder partout pour vérifier que tout ce que font les gens est conforme à la loi, les règlements, les TOS et le covenant. (…) Tu as signalé le problème à Gabrielle qui a fait ce qu’il fallait immédiatement. Je crois qu’on ne peut pas être plus clair. » Très clair, en effet, et il est important que cela soit su car jusqu’à ce jour, moi, je ne savais pas que « si quelqu’un prend connaissance d’un comportement contraire à la loi sur Terra Virtualis, il doit nous le signaler et on fera le nécessaire« . Ça me laisse quand même un peu perplexe.

Dove Burton, propriétaire de France Centre

Quoi qu’il en soit, et malgré la pub passée par-là cette fois, peut-être cet article aidera à une prise de conscience accrue de la part des responsables concernés. Mais comme ce n’est pas dans une région Terra que l’on héberge l’U.A.R. et ses activistes révolutionnaires, on y a (seulement) permis la diffusion de sa publicité de recrutement, mais plutôt sur la sim France Centre, je tâchai d’interviewer son propriétaire, un certain Dove Burton. Celui-ci m’avoua de but en blanc « À vrai dire je n’étais pas au courant. J’ai été pas mal occupé ces derniers jours et j’avoue que je n’ai pas trop suivi l’actualité francophone« . Ça se comprend, tout cela est très nouveau, mais il confirmait plus tard mes craintes : «  J’ai vu leur bureau mais je n’ai pas encore eu le temps de discuter avec eux, s’il s’avère que ce que tu dis est exact et vu les conditions de covenant de l’île et le fait qu’elle soit classée PG, je vais devoir surveiller de près et prendre les mesures nécessaires« .

Dont acte.

Mais quels sont les réels enjeux de cette affaire, me demanderez-vous ? Quelle est la légitimité des revendications d’un mouvement comme l’Union Révolutionnaire Armée dans un monde virtuel comme SecondLife ou, comme le précise Kerunix Flan, l’un des plus « important » Landbaron français : « Les seuls vrais propriétaires des terrains sont Linden Lab, qui possèdent physiquement les serveurs. Même moi en tant que « propriétaire de régions », je ne suis en fait que « locataire de Linden Lab ». Au même titre que les propriétaires de parcelle ne sont en fait que locataires chez moi. »

La possession de terrain, et par voie de conséquence sa gestion et son administration, est donc une notion très relative dans ce monde virtuel. De plus, tirée de l’engagement financier individuel de son « propriétaire », celui-ci peut légitimement penser comme Kerunix Flan que « S’il devait y avoir une forme de gouvernement sur mes régions, cela serait une monarchie de droit divin (où la divinité serait Linden Lab). Pas vraiment pour des convictions personnelles, étant donné que je suis anarcho-capitaliste, mais pour des raisons techniques et pratiques. »

Yoald, soumis(sionné).

Merci à : Wacky Hawks et marineoceane pour la relecture.

Lexique et références :

(1) Landbaron : Propriétaire d’une « sim » ou « région » (un territoire simulé dans SecondLife par un ordinateur-serveur dans la vie réelle).

(2) Grieffer : Du terme anglais « grief« , signifiant « chagrin ». Un « grieffer » est un joueur dont l’objectif purement malveillant est de perturber l’expérience de jeu de ses congénères, notamment en tuant gratuitement les personnages d’autres joueurs. (source : JeuxOnline.info)

(3) Roleplay : parler et mimer un comportement comme si l’on était soi-même le personnage. Proche du « jeu » d’un acteur.

Publicités

40 Responses to Une démocratie terroriste dans SecondLife ?

  1. Le plus problématique, sans doute, est l’idée que la remise en cause d’un système passe forcément par la violence. Le lag est une chose (lorsqu’il s’agit d’une manifestation par exemple, les casinos seraient heureux d’en avoir :)), la fabrication de bombres, fussent elles virtuelles, est autre chose.

  2. johnlost dit :

    Merci pour cet article particulièrement intéressant.
    Un journaliste me posait cette question il y a quelques jours : SL, n’est-ce pas le Far west ? Le propriétaire du terrain peut en effet tout contrôler. Les visiteurs ou locataires se soumettent ou sont exclus. Un terrain peut ensuite être géré par un petit groupe ou par l’ensemble des habitants. Ca ne vous rappelle rien ?? On peut passer d’un système totalitaire à la démocratie. SL n’est pas un jeu, sauf si vous considérez la vie comme un jeu. Je vous rappelle que si la région ne vous convient pas, contrairement à la RL, en un clic vous pouvez changer !!

  3. riona dit :

    Pour ma part c’est très clair,

    Tu achete, tu paie, tu gouverne point final.
    Bon il y aura toujours des Cgé en puissance (tant mieux) mais bon en venant ils ont bien acceptés les rêgles non?, aprés que cela ne leurs conviennent plus, bin c’est pas les terrains qui manque e ce moment. En un mot comme en cent ces « terroristes » bin ca a plutôt un goût de cirque Barnum avec un relent de sensassionalisme pour se faire remarquer a tout prix, le ridicule ne tue pas vivi ^^

  4. Tout simplement brillant ce reportage d’investigation. Un grand bravo.
    Vraiment très instructif sur la démarche comme sur le fond.

    Les sims, de par leurs droits accordées aux propriétaires, peuvent être dirigées, gouvernées comme une monarchie de droit divin. Ca oui, après, quelle soit éclairée dépend totalement de son propriétaire ou landbaron. (Et pas Linden Labs : faut pas aller mélanger le hardware et le software!).
    Sortir de la totale anarchie « encadrée par les TOS » avec à l’autre extrémité le (possible) despotisme du landbaron ?
    Après le vrai travailà mener, c’est quelle charte /covenant / »code civil » pour organiser tout ça.
    Vers plus de droits et de devoirs pour le citoyen essellien (SLitoyen)? y a-t-il moyen de policer la société esselienne sans sombrer dans une logique de délation systématique?
    En tous cas, je n’hésiterais plus à passer un IM au proprio de la sim (un « Inspect » sur le terrain suffit pour se trouver renseigné) si ma foi je croise de tels comportements.
    Merci pour cet article et les lumières qu’il apporte.

  5. jesrad dit :

    Personne ne gouverne personne dans Second Life, à l’exception de plus en plus rare d’une intervention des Lindens.

    Tout ceux qui prétendent m’imposer un « gouvernement », qu’il soit « du peuple » ou quelque autre ânerie du genre, me trouvera, armé et disposé à tirer, sur son chemin. Je ne laisserai personne « organiser » quoi que ce soit pour moi. Down with Greyface ! Agora !

  6. Brillant reportage en effet ! Bravo !

    Les comportements violents sont évidemment condamnables mais certains mouvements ont en effet pour objectif d’instaurer une démocratie dans Second Life. Cela repose sur une vice de fabrication – et le titre de cet article le montre bien – : la violence est-elle la meilleure base pour installer une démocratie ? On voit avec la guerre en Irak que c’est plus compliqué, la révolution de 1789 l’a montré aussi.

    Des groupes militent pour la démocratie mais bien sûr sans ces moyens extrêmes, un projet qui regroupe les francophones démocrates est en cours, en partenariat avec ces groupes internationaux. Rejoignez- nous (et ceci n’a rien à voir avec les partis politiques) !

  7. Nephie dit :

    Un article excellent et très professionnel. Bravo Yoald pour la qualité rédactionnelle, l’investigation réalisée et l’analyse pleine de bon sens que tu transmets.

    Personnellement, je suis sidérée de constater la présence de groupes « terroristes » sur Second Life. Hallucinée de voir que des gens débarquent sur le continent Linden avec pour idée, l’expression de la violence, qu’ils vont (bien évidemment) revendiquer sous une cause « noble » et je suis surtout écœurée d’admettre la bêtise profonde qui anime ces esprits quelques peu étriqués qui perdent leur temps à inventer des armes qui ne servent à rien.

    Avec un peu de recul, tout cela m’amuse profondément, car jusqu’à preuve du contraire, ces petits « révolutionnaires » restent sous le contrôle de Linden Lab qui peut à tout moment intervenir avec sa force de frappe sur le compte de ces derniers et anéantir leur présence du jour au lendemain.

    Quoi qu’il en soit, il faut admettre que certains résidents ont du passer un peu trop de temps à jouer à Counter Strike et se retrouvent aujourd’hui sous l’emprise d’un besoin sanguinaire qu’ils doivent absolument manifester sur Second life.

    Il serait bon de prendre du recul et d’aller louer quelques neurones chez Kiloutou pour comprendre que ce genre de revendication est débile et ne sert à rien sur Second Life. Il me semble, tout de même, que l’on peut faire mille et une choses intéressantes sur le continent et ceux qui n’arrivent pas à trouver une motivation suffisante pour « exister » autrement que dans un monde de guerre et de violence doivent s’en aller, car Second Life n’est pas un support pour eux. Qu’ils se rabattent sur la Xbox ou la PS3, ils trouveront de quoi se satisfaire pour devenir des héros barbares.

    Instaurer une démocratie dans Second Life me fait encore plus sourire quand on sait que notre propre démocratie repose sur un système oligarchique… Encore une fois, des troues dans la terre molle, donc ta propagande Stéphane, tu peux éventuellement la formuler dans un bar-tabac, si tu souhaites te rendre intéressant auprès des clients sponsorisés par la licence 4 mais pas ici, merci.

    Pour finir, la vie est un jeu, Johnlost, et si tu n’admets pas cela, alors ton existence est triste, fade et sans saveur. Tu finis ronger par l’ennui devant ton poste de télévision, jusqu’au jour où tu tombes sur un reportage qui t’informe qu’une vie virtuelle existe sur Internet dans un environnement qui se nomme : Second Life, et là,… étrange… tu as envie d’y jouer.

  8. artsys dit :

    Super reportage

    Il est triste de constater que encore et encore certains groupes d’individus veulent imposer par la force au autres leurs idéaux.
    70 Millions d’années d’évolution pour finir dans une technologie permettant le partage, la créativité et à des handicapés de pouvoir travailler et de revoir encore une fois émerger des principes dictées sur la violence.

    Franchement ras le cul !
    Au début d’internet il existait certaine possibilité puissante qui n’ont jamais pu être appliquer à cause de gens comme ça (spam, denie de service, piratage,etc..)

    Pauvre humanité.
    L’argent et le nerf de la guerre pourquoi ? Ben c’est simple tout le monde à besoin de vivre.
    Une liaison très haut débit coût 12 000€ / mois (Linden Lab en à beaucoup) et je vous assure que les banques ne vous aident pas. Donc pour démarrer vous emprunter de l’argent en hypothéquant maison, etc. Vous prenez de très gros risque.

    Alors voir débarquer des gens qui sous le principe que et parce qu’ils pensent que, foute par terre le travail des autres c’est lamentable et c’est un non respect des autres.

    S’ils veulent un monde virtuel à eux avec leurs principes il existe des solutions pour ça, identique à Second Life. Mais là bien sur c’est moins facile, car il faut financer la technique, la maintenance, les infrastructure…

    Je ne comprends pas leurs buts et pourquoi ils imposent au autre leur façon de penser par la force et se comparer au mouvement révolutionnaire de 1789 en France, il faut pas avoir honte !
    Je doute que ce genre de personne ait les couilles (désolé pour l’expression) pour faire face aux batteries de canons des armées du roi de l’époque.

    A cette époque le peuple, nous quoi, mourrait de faim.

    Alors se pointer dans Second Life est imposer au autre leur principe, par la menace, la détérioration, et la force, c’est pas un peut simpliste comme démarche.

    Second Life n’est pas une zone de non droit, droit de la vie réel, qu’on se mette bien ça dans la tête.

  9. Romain dit :

    ça va loin sur SecondLife …

  10. pourquoi tant de haine ???
    les gens qui sont generalement expluses ne le sont pas pour rien … pour ma part je banni … oui mais avec le coeur gros de voir debarquer des vendeur de freebies (arnaqueurs), des nudistes qui ne respeecte ni les autres ni le travaille de certains… des gens qui inslutent (pour les meme raisons) certe il n’y a pas de lois reelements defines ….
    Mais un peu de bon sens s’il vous plait…
    alors la revolution devrait plutot proner la tolerance et le respect … et meme demander le ban pour le bien de tous !!!

  11. ker dit :

    Surtout qu’ils ont l’air de vouloir commencer par prendre les armes avant d’essayer d’ouvrir le dialogue.

    Pour preuve : Ils n’ont jamais contacté un seul « landbaron » puisque aucun d’eux n’étaient au courant de leur présence.
    L’usage des armes c’est un dernier recours, pas une facon d’ouvrir un dialogue.

    Je suis pret a en discuter, pourquoi pas. Mais quelqu’un qui commence à installer un camp militaire *AVANT* d’essayer de dialoguer : il se prend un coup de pied au cul et j’lui retourne son bordel a coup de teleport-express. 🙂

  12. ker dit :

    @Yoald : Est ce que la somme d’argent investie est vraiment déterminante pour savoir si second life est un jeu ou pas ?

    Pour moi second life est un jeu, et le jour où il ne m’amusera plus, j’irai voir ailleurs. Heureusement, ce n’est pas prêt d’arriver 😉

  13. Nara dit :

    Tres belle article, felicitation… qui fait réfléchir..;

    Comme quoi la SL est pas si loin de la RL. Des gens gagne des sous honnetement, d’autre moins, Certain sont des grands proprietaire « terrien », appelé gentillement Lindenbaron (c’est sympa comme titre), la pluspart sont des promeneurs (comme moi), vagabondant de place en place.
    Enfin … SL pour beaucoup d’entre nous est un jeu, pour d’autre .. un metier qui peu rapporter, et surtout moins penible que l’usine (Lu dans FHM, un reportage sur SL, et des chinois qui sont paye pour ce prostituer online… info ou intox ?? aller savoir)

    P.S : Pour la nudité choqué sur SL mais avouer que vous l’etes beaucoup moins l’été sur la plage :p

  14. Lunis Curtis dit :

    Bien heureusement qu’on fait un minimum la loi ….

    après ta sim ressemble à un vaste sandbox..

    Et franchement arreter de penser que les landbarons sont millionnaires, vous êtes très loin du compte.

  15. Weekiwa dit :

    Ce reportage c’est un peu une tempête dans un verre d’eau quand même.
    Il faut éviter de s’enflammer parce quelques pré-ados ont décidés de « faire justice » avec des armes virtuelles dans SL.
    Une arme dans SL c’est un peu comme un pistolet à eau IRL, ça gêne le type qui se fait tirer dessus mais çà ne mérite pas un 20h.

  16. fred dit :

    n’empêche que lindens doit bien se marrer ….il est devenu le nouveau jésus christ des temps moderne….ahahahah tombe mal je suis sataniste!!

  17. Yoald dit :

    @ Kerunix, ce n’est pas mon rôle d’apporter des réponses, je ne suis qu’un observateur. Pourtant je comprend ton point de vue visant à relativiser la situation de l’argent (une grosse somme d’argent ça peut être 100 $L pour l’un ou 10000$L pour un autre, ou 500000$L pourquoi pas). Dans cette perspective, je te suis et te réponds non, bien sûr.

  18. BaCcHus dit :

    Franchement, ça sert à quoi d’en faire autant pour un pauvre jeu ?!
    Second life c’est bidon, fait pour les no-life : j’imagine que ça vous rend heureux dans la vie réelle, d’être riche dans SL, d’y passer des heures et des heures ? Yoald, tu ne fais pas ça parce que tu aurais aimé être journaliste dans la vie réelle, par hasard ? N’es-tu pas un frustré des vraies guerres terroristes que ça excite mais qui n’aurait jamais eu le courage de te rendre sur place ?
    Je te comprends, c’est tellement plus facile d’aller voir les terroristes dans un monde où tu ne peux pas mourir…

  19. Nibb dit :

    Yoald, j’ai énormément de respect pour ton travail visuel, mais là, tu cherches le drame là où il n’y en a pas. Des gosses s’amusent à jouer au terroriste et « fabriquent des armes automatiques!!!! » (Oh mon dieu !!!) et après ? Ils ne nous ont jamais contactés et ne sont jamais passés à l’acte. On ne connaissait même pas leur existence avant que tu ne leur fasse de la pub. Et pourtant, tu sembles critiquer le « laxisme » des proprios de sim qui ne font rien pour contrer ce non-drame.

    Le ton de ton article est virulent et critique envers des gens comme Keru, Lunie ou moi, et pourtant je n’arrive pas voir de reproche clairement formulé, ni de proposition d’amélioration.

    Donc, s’il n’y a pas de drame, pas de critique, pas de proposition, je ne vois vraiment pas quel est le but de ton article, ni pourquoi tu emploies ce ton outré envers les proprios de sim.

  20. dit :

    Je trouve assez étonnant effectivement que tu t’offusques de ces « révolutionnaires » et de la manière dont ils ne sont pas « gérés », mais que tu n’en profites pas pour analyser le fonctionnement de SL dans son ensemble. Je pense que tu aurais pu faire un article sur le même ton, bien populiste comme il faut, sur la gestion autoritaire et limite dictatoriale du jeu, et que les commentaires auraient été les mêmes.
    Maintenant, ce n’est pas une nouvelle société, car elle est basée sur les envie des gens, de tous, de pouvoir faire autre chose que ce qu’il fait dans sa vraie vie. Et si y a des gars qui ont envie de jouer les Robins des Bois terroristes, et bien heureusement qu’ils le font derrière un écran d’ordinateur… comme ça en plus ça les empêche d’avoir le temps de se trouver un réel sujet de contestation dans la vie réelle ! Et c’est applicable à toi aussi, Yoald, d’ailleurs.

  21. Yoald dit :

    @ Nibb, je constate une situation et je pose des questions à son propos, je ne porte aucun jugement, ce n’est pas à moi de le faire. J’ai bien compris que ça t’irritait, toi. Je n’y peux rien. La prochaine fois je parlerai peut-être d’une autre facette, je ne sais pas, de caleçons, de bobettes, d’accessoires…

    @ autres, évitez les jugements à l’emporte pièce, venez visiter SecondLife, on pourrait même en parler tranquilos au super Terra Café de Gabrielle (à Terra Toulouse).

  22. Nibb dit :

    @Yoald. Oui, mais quelles questions tu poses ? La seule question que je vois c’est « Que font les land barons des sims X et Y contre des gamins qui fabriquent des armes dans une sim Z ? », avec le sous-entendu explicite qu’on manque de professionalisme alors qu’on brasse des millions. je me trompe ?

  23. bob dit :

    Vive la révolution !!! 🙂

  24. Zeuss Z. dit :

    Bonjour atous, bon reportage, mais en le lisant avec les coms qui suivrent, je me dis que certain n’ont rien compris a SL. C’est du PAREIL au MEME que RL, mentalité, comportement, vision, economie, objectivités. SL n’a qu’une difference avec la RL, c’est que le monde en lui meme est sur un serveur, bien physique lui. Dans SL, il y a le meme niveau d’equilibre et d’anarchis, donc tout a fait normal qu’on y trouve des revolutionnaire, puisqu’on y trouve des hommes politique en fonction RL. SL est une prolongation de notre pensé, de nos desirs, mais la mentalité reste la meme, pourquoi devons nous, dans SL avoir des chaise a quatre pattes, des canapé posé, des voiture et moto roulante, des bateaux naviguant, alors que nous cherchons dans le RL a supprimé ces contraintes. Tout simplement parce que tout simplement la realité reste INGAME dans SL. Alors ne nous etonnons pas des derives de certains, mais pensons plutot a nous organisé en tant que nouveau monde, nouveau peuple, avec de nouvelle pensées. secondLife est un BéBé naissant, la démocratie n’existe que si elle est régis par des loi, cela est beaucoups plus complexe que je ne peux l’expliqué, mais je pense avoir dit l’essenciel.Quelqu’un disait, que c’est gents etaient des rigolo avec leurs arme stupide qui ne fait pas de mal, ah bon…il y a parmis nous des surdoué des maths, qui ont pour plaisir de hacké des systemes, je ne pense pas que les serveurs de LL soient a l’abrit, mais franchement, qui serait a meme de perdre le plus dans un BLACKOUT terroriste…la question est posé !

  25. Zeuss Z. dit :

    ….et j’ajouterais que pour certain, le mot d’ordre pourrait etre, PAS DE LIBERTE SANS REVOLUTION, rf. 1789 !

  26. Yoald dit :

    @ Nibb, un peu oui, mais sans doute est-ce ma façon d’écrire qui prête à confusion. Il n’y a pas de dénonciation, aucune. L’objet de cet article pour moi (et c’est comme en photo : alors que je place un message dans une photo une majorité des gens y voient tout autre chose, selon leur propre sensibilité) repose plus sur le changement de SecondLife ces derniers mois et l’utilité (là est la question, je n’y répond pas) d’y développer un début de conscience (un peu de concret, un peu de sérieux pour certains aspects…).

  27. riona dit :

    et sinon Zeuss Z la vente de Tshirt du Ché en bonnet phrygien ca rapporte bien?…

    *cheek*

  28. bob dit :

    Trembler bourgeois !

  29. Apre Au Debut dit :

    Ridicule cet article tout comme la majorité (oops la totalité) des reactions…Parler de violence, de terrorisme, de democratie, c’est tout simplement ridicule, je pense que les membres de cette organisation (que je ne soutient pas ni ne blame, ils font ce qu’ils veulent de second life) s’amusent bien plus que vous et ont davantage compris l’esprit second life. Certains dans second life ont decidé d’être prostitués, tenancier de discotheque, reporter, chiens, chat, ange, demon etc… Que d’autres aient decidé d’être revolutonnaire n’est en rien contraire a l’esprit de SL qui consiste a s’inventer et a vivre une seconde vie. Quelqu’un a parler – je ne sais plus si c’est dans l’article ou dans les reactions – d’esprit etriqués… Meditez sur le sens de ce qualificatif…

    J’ai l’impression que certains arrivent en fin de parcours dans le jeu et ne savent plus comment agrementer leur secondlife autrement qu’en jugeant les comportements des autres residents qui auraient le « defaut » d’avoir une vision differente de la leur… Je pense que ce groupe a pour vocation de provoquer… Il a trouver de bons clients parmi vous… Leur entreprise est donc une reussite, cet article en est la preuve hahahaha

  30. Yoald dit :

    Qui juge qui, monsieur/madame l’anonyme, sinon vous-même ? 😉

  31. Apre Au Debut dit :

    Yoald a ecrit:
    >

    Cette phrase/question n’a aucun sens mon cher Yoald… Un petit effort et je vous repondrez…

  32. Yoald dit :

    Non merci, monsieur/madame l’anonyme, je n’ai pas une estime de moi si haute que me me sente obligé de vous éduquer. Vous trouvez cet article ridicule, soit, vous êtes plusieurs à le penser. D’autres l’apprécient, que voulez-vous ? 😉

  33. Slworld Boa dit :

    pour ma part je suis dans larmée dans second life en train de faire la guerre au terrorisme etc je suis aussi guarde du corp securiter de concert etc moi je fais sa pour la bonne cause

  34. harakiri dit :

    Super article Yoald 🙂

    Sûr que si on prend ça au pied de la lettre … Mouarf !!! Mais je te connais un tantinet mon Yoyo pour décoder le côté ironique de cet article.
    Quand à ceux qui viennent renifler les no-lifes jusque dans les fins fonds d’un blog dédié à SL via article déjanté sur l’UAR …

    Comment dire …
    *lève la papatte et fait pipi dessus avec un joie et une satisfaction non dissimulée*

    Imagination poooooooooooooower 🙂

    A propos Evilo te passe le bonjour … Héhéhé

  35. Yoald dit :

    /me *rougit au rappel du nom d’Evilo*
    Merci d’être passée Hara 😉

  36. Maki Payne dit :

    Salut à tous
    Et bien moi cet article je l’ai touvé très interressant pour deux points de vue qu’il me semble avoir lu entre les lignes mais je peux me tromper. J’ai aussi ressenti dans SL ce sentiment de n’être pas aussi libre que je pouvais le penser au début de ma participation au « jeu ». Après avoir trainé mes guêtres un peu partout je me suis trouvé un petit peu coincé par le fait d’avoir à suivre une logique immuable, celle de n’être chez moi nulle part et que l’argent, même si c’est des L$, était quand même roi.
    Même si je ne veux évidemment pas faire de généralités il faut souvent mettre la main au portefeuille.
    Il peut être donc légitime d’éprouver un sentiment de frustation se manifestant par l’envie de réaction à un système qui semble s’établir. Cette réaction naturelle dans toute démocratie qui se respecte, ne doit pas s’exprimer par les armes, mêmes factices, mais par le dialogue qui fait que nous sommes humains et raisonnables.
    Je pense donc que l’article de Yoald est un avertissement pour tous; attention à ce que nous créeons car nous devons penser aussi à ce que nous engendreront.

  37. Yoald dit :

    Woah, Maki, ton intervention me fais plaisir à un point… je te dis pas. Merci pour ta compréhension.

  38. Kasama dit :

    Je trouve cette article tres interressant comme beaucoup d’autres ici, contrairement à ceux que pensent certains…Et je me demande en effet ce que font les Responsable des Sims!!! Quand on voit des « convenant » qui ont des clauses bien chargées et qu’ils puissent y avoir ca……!! Alors certes ca peut etre drole..on peut considerer ca comme un jeu, mais ca ne l’est pas!! Et à ceux qui sont pour, que penser vous si l’on vous ennuyez avec des scripts sur vos sims, ou que l’on vous ejecte sans savoir qui c’est et sans aucun moyen de bannir cette personne, que l’on vous bablance des lag intempestifs..et oui SL n’est pas protégé totalement d’une attaque pirate ou autres… je pense que vous sourirez beaucoup moins…vous feriez bien d’y réfléchir….En tout cas bravo pour l’article !! et j’en parles en connaissance de causes…

  39. Eyebrows dit :

    Il faut organiser une manifestation devant leurs locaux, il faut traîter ces gens là comme ceux du FN : Les mettre au silence !

    Et si ils ne pigent pas, organisons un mouvement de résistence, les Anarchistes ne passeront pas ! ^^

  40. someone dit :

    pour repondre a toutes ces calomnies je vais vous expliquer le fonctionnement de l’U.A.R..
    C’est une groupe de joyeux gai lurrons qui pronent un monde de stroumphes avec des bouquets de fleur plein les cheveux.
    C’est un grp a ne pas prendre ausserieux car ne donnant pas de nouvelle depuis 1 mois.
    Selon des source interne a cette organisation les QG aurait été detruit et les bails annulés pour non paiement.J’en deduis donc que cette organistation n’a aucun lien terroriste. Les seules association terrosriste que je connaisse possédent des fonds illimtés.
    Donc arreter vos conneries et laisser ce grp de looser tranquille.
    Moi pour ma part si j’avais un groupe a fondé il serai bcp mieux organisé que ca et ne revendiquerai pas des idées aussi simplistes

%d blogueurs aiment cette page :