Et si nous apprenions à vivre ensemble autrement et durablement

sdd.jpg

Moi aussi je croyais savoir beaucoup sur la protection de l’environnement, le réchauffement climatique, le commerce équitable. Pourtant, quand Soso Gao m’a parlé de son action dans le cadre de la Semaine du Développement Durable, j’ai eu envie de comprendre ce qui pouvait bien générer un mouvement d’une telle envergure.

Alors je lui ai rendu visite pendant qu’elle installait les derniers préparatifs de son espace de sensibilisation et je ne l’ai pas regretté, avec clarté et précision, elle m’a offert une partie de ses connaissances. Il faut noter que Soso Gao est géographe en RL, et quelque soit le monde où nous choisissons d’évoluer, sans conteste, un puits de science.

Aussi je vous invite grandement à la rejoindre vous aussi, dès Dimanche 1er avril à partir de 9:00 am SL Time (6:00 pm RL Time française).

Autant vous dire tout de suite que le décor est magnifique et que j’ai bien eu du mal à fixer mon interlocutrice tout au long de l’entretien, tant mon regard était attiré par tous les éléments colorés qui nous entouraient.

A ce sujet, Soso Gao tient tout particulièrement à remercier Wolkam Winger, Laurine Brown et Jim Laborde pour leur aide et leur intervention.

Phylire Coppola : Bonsoir Soso

Soso Gao: Bonsoir Phylire. Viens on va s’asseoir.

P.C. : Je te suis.

Soso Gao m’emmène auprès du grand Baobab, symbole de réunion des gens. C’est là où l’on parle des problèmes de la ville ou du village, donc un lieu de rencontre très important.

baobab.jpg

P.C: Expliques-moi comment as-tu eu cette idée de partenariat avec le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable ?

S.G. : J’ai commencé par monter ce petit espace pour tenter de sensibiliser les résidents à la protection de l’environnement. Ensuite, j’ai lu que le Ministère de l’Ecologie et du Développement durable proposait aux personnes qui le désiraient, d’envoyer un dossier sur leur action pour cette semaine du 1er au 7 avril. J’ai donc pris contact avec eux et en quelques jours mon projet a été accepté, car considéré comme original.

P.C. : Depuis 1992, la sonnette d’alarme est tirée, pourtant en 2006, on ne comptait qu’un peu plus de 13% d’acteurs individuels dans le cadre de la semaine du développement durable. Crois-tu qu’en présentant une action ici, sur Second Life, dans un esprit ludique, le message sera mieux entendu ou mieux compris ?

S.G. : J’espère bien. J’ai un lien avec les Outremers et je pense sincèrement que l’aspect insulaire et tropical peut attirer des gens ici. Toutefois, je suis navrée de constater qu’à l’heure actuelle, du côté français dans Second Life, il n’y ait que très peu de personnes intéressées par ce genre de problèmes : développement durable, changements climatiques, protection de l’environnement. C’est ce qui m’a motivée. C’est aussi ma participation à des groupes européens et américains sur cette thématique. Les Américains sont très actifs, enclins au bénévolat et ils m’ont soutenus pour préparer cet espace.

P.C. : Quel est, selon toi, le motif principal, de cette tiédeur des Français ?

S. G. : Je crois que les Français, dans le milieu éducatif, sont très en retard en ce qui concerne les méthodes nouvelles de communication. Ce problème, je l’ai aussi rencontré en Real Life, je ne rentrais pas dans le « moule » universitaire 🙂

Alors, Second Life est pour moi un espace immense de liberté et ayant la chance de parler anglais et espagnol, je communique avec beaucoup de gens. Les Français, du moins les universitaires, ne sont pas prêts à utilliser Second Life comme le font les Américains.

P.C. : Il me semble que les Français ne savent pas forcément comment adapter les gestes simples, pour préserver la planète, à leur quotidien, as-tu prévu quelque chose d’éducatif, ici, dans ce sens ?

S. G. : Oui et je regrette de ne pouvoir aussi le communiquer aux plus jeunes. Néanmoins, j’ai prévu des ateliers périodiques en direction des adultes. J’aurais certainement besoin d’aide en matière grise, si je puis dire. Je suis la seule française, avec des professeurs d’université comme moi, américains et anglais, à préparer le jour de la Terre, prévu le 22 avril sur toute la planète. Où sont donc les écolo français ? Nicolas Hulot a refusé pour le moment de participer à Second Life. Il n’y a pas ou peu d’implications des ONG françaises, ni des personnalités.

Second Life passe mal en France en raison des très mauvais ou moyens reportages faits sur nos chaînes de TV. Pourtant, Second Life doit être considéré comme un outil, voire même un outil éducatif ?

P.C. : Tout à fait. Si tu montres comment faire, les gens agiront ensuite de même et transmettront l’info. Tu veux bien me montrer tes ateliers et m’expliquer en même temps ?

S. G. : Je vais te montrer déjà ce qui est prévu pour la semaine prochaine. Dimanche je vais inaugurer la semaine en reprenant les origines de cette semaine appelée SDD et le rôle des différents acteurs. J’ajouterai quelques mots sur le but de la création de cet espace. Un diaporama de 38 diapos qui reprend la brochure du ministère est à la disposition des visiteurs. Il est interactif. Les images présentent les principes fondamentaux de la protection de l’environnement selon les Français.

Dès lundi, je reprendrai des thèmes majeurs avec des idées fortes, c’est ce que j’appelle les ateliers de discussions en petits groupes. Mardi, mercredi, jeudi et vendredi, des personnes extérieures à notre pays viendront faire des conférences avec débat pour expliquer aussi d’autres thématiques. Tous ces évènements sont programmés en fin de journée pour la France.

Nous avons aussi réalisé un espace sous-marin pour faire des ateliers sur le thème de l’eau dans toute son étendue : eau de mer, eau potable, eau courante.

P.C. : En ce qui concerne tout ce chacun peut trouver juste tout près de chez lui, dans le sens où tu as pu remarquer que curieusement il est plus facile de jeter un papier par terre que de le mettre dans une poubelle adaptée, as-tu prévu un atelier en visuel aussi ?

S. G. : Oui tout à fait. Dailleurs, nous avons retrouvé déjà pendant la construction de cet espace des tas d’objets jetés par des gens qui passaient. Il est facile de faire un petit tas d’ordure pour montrer aux résidents comment un environnement « propre » peut se dégrader rapidement ou de tagger une voiture qui n’a rien à faire sur une plage.

En montrant aussi ce qui existe dans d’autres pays du monde, je cherche à faire comprendre que rien ne va plus. Dans ce sens, j’ai placé à plusieurs endroits de cet espace, des symboles. Pour l’eau par exemple : les milieux de reproduction des animaux, les écosystèmes comme la mangrove, l’habitat comme la cabane qui porte le nom de « banga ». En cliquant sur une pancarte, on obtient une notecard informative, en français et anglais.

banga.jpg

P.C. : C’est cette jolie petite maison avcec des fleurs que tu appelle  » banga « .

S. G.: Oui et voilà la mangrove. Elle est composée de palétuviers dont les racines sont aériennes. Ici nous n’avons mis qu’un échantillon, mais les mangroves sont en général très étendues, quand elles ne servent pas de décharges pour certains pays ou régions !!!.

mangrove.jpg

Ce sont des milieux de reproduction pour certains poissons, crabes et diverses espèces vivantes ; si tu la pollues, la faune meurt et ne peut plus se reproduire, c’est identique pour les marais en France ou dans les zones tempérées et si tu descends en-dessous, tu verras que certains poissons tournent dedans, plus bas tu as les poissons et les coraux.

corailpacif.jpg

S. G. : C’est une espèce de corail des profondeurs.

P.C. : Je pense que ça va vraiment faire réfléchir les gens de voir qu’il y ait de si belles choses au fond de l’eau.

P.C. : Et là c’est une anémone ?

S. G. : Ah non là c’est un autre corail  » fleur » que l’on trouve dans l’océan Pacifique.

coraux2.jpg

Celui-ci le jaune est assez courant devant toi et celui-là se nourrit par les alvéoles.

Les coraux sont des êtres vivants, ce sont des animaux invertébrés, divisés en de nombreuses espèces. Certains sont formés de calcaire et les calcaires souvent leur survivent bien sûr. Attention toutefois à ne pas confondre des « squelettes » de calcaire avec le corail vivant.

P.C. : Et les coraux se nourrissent de quoi ?

S. G. : Ils se nourissent de miniscules particules vivant dans la mer. En fait, les coraux sont une agrégation de polypes qui captent la nourriture. Le plus grand danger pour les coraux, reste les raz de marées, les cyclones mais aussi la pollution.

P.C. : Dis- moi en y repensant, c’est un cercle vicieux, si l’homme tue son environnement, il se suicide à petit feu quelque part ?

S. G. : Oui bien sûr mais le monde comme tu le sais est gouverné par l’argent, le pouvoir. Les complexes immobiliers qui sortent de terre, si je puis dire, dans les zones tropicales ou autres, tuent d’une certaine manière, par l’afflux de la population et donc des pollutions de l’environnement. C’est un serpent qui se mord la queue.

P.C. : Mais il est surement possible de construire dans des matériaux non polluants ?

S. G. : Oui bien sûr et il y a de nombreux exemples parfois proches de nous, ne serait-ce que les maisons en matérieux naturels. Regardes dans les pays nordiques de l’Europe, le nombre de maisons construites en bois et fort bien isolées contre le froid. Tu me donnes une idée : faire un atelier discussion sur l’utilisation du bois  » finalement que vaut-il mieux, se chauffer au pétrole très polluant ou au bois ?  »

Je pourrais parler des heures durant de la protection de l’environnement, mais pour conclure, je voudrais juste rajouter que ce projet est également destiné aux personnes qui n’ont pas la chance de pouvoir se déplacer dans Real Life et pour qui Second Life peut devenir un moyen de créer ou de participer.

P.C. : Merci Soso. Je crois que ton action est plus qu’une pierre, c’est tout un édifice à part entière et pas seulement sur SL.

sososdd.jpg

Rendez-vous sur Baboab

Inauguration de la Semaine du Développement Durable le 1er avril à partir de 18h (France), 9:00 AM SLT

Pour ceux et celles qui veulent en savoir plus :

Blog du groupe Baobab

http://www.ecologie.gouv.fr/evenementiel/

http://www.maisondudeveloppementdurable.com

Phylire Coppola

Advertisements

19 Responses to Et si nous apprenions à vivre ensemble autrement et durablement

  1. anonymous dit :

    Bonjour à tous je suis sûr que Soso est sincère dans sa démarche enfin j’espère, quant à ses commanditaires le « Ministére de l’Ecologie » à ce niveau de démagogie et de foutage de gueule ça devient vraiment de l’Art,l’art d’utiliser l’argent du contribuable dans des opérations de com qui servent à masquer son incurie sur le terrain de l’écologie en France justement.

    Je vis en campagne près et proche du monde agricole je pourrais faire ici des pages et des pages démontrant leur double discours…..rien qu’une chose vous en buvez vous de l’eau du robinet ici en Bretagne plus personne et ceci depuis des années !

  2. sosogao dit :

    anonymous anonyme je vous demande en premier lieu d’être poli(e)? ; en second lieu, sachez que je n’ai pas reçu 1 centime d’euros de la part du Ministère !!! donc votre patrimoine n’en soufrira pas. Troisièmement des milliers de gens se mobilisent bénévolement en France pour cette semaine du développement durable (allez voir le lien du ministère vous y trouverez les projets pas région) et pourquoi ne pas en monter un en Bretagne justement !!! Quant à la sincérité de ma démarche, je ne pense pas que vous soyez en mesure d’en parler… si vous voulez boire de l’eau potable en Bretagne, mobilisez-vous !!!

  3. […] durable et à l’écologie ouvre ses portes aujourd’hui dans SL, créé par Soso Gao. Inauguration de la Semaine du Développement Durable le 1er avril à partir de 18h (France), 9:00 AM […]

  4. riona dit :

    J’habite en bretagne… et je bois l’eau du robinet, j’habite en milieu agricole, tout le monde n’a pas un élevage porcin a coter de chez lui non plus! la ca suffit et il parle de démago?! alors on arrete un peu la dessus.
    foutus zorro masqué!

  5. riona dit :

    Sinon le projet est absolument génial soso, ca me changera de mes podiums :p

    *cheek*

  6. anonymous dit :

    En quoi j’ai été impolie avec vous? vous faites la com pour un Ministére de l’Ecologie qui n’a d’écologique que le nom et je devrais pas ici le dire?
    Après la nullissime mais au moins rigolotte Roseline, nous avons Madame Nelly Olin, mais qui l’a connait en France demandez autour de vous .

    C’est bien Rionna de venir au secour d’une amie enfin tu as beaucoup de chance de boire une eau qui n’est pas nitratée et puis les marées vertes ça n’existe pas non plus et puis et puis rien après tout.

  7. sosogao dit :

    Anonymous je suis étonnée de ne pas vous avoir vu(e) à l’inauguration sur SL IoI
    Je supporte très très mal les grossièretés même si elles ne sont pas dirigées vers moi.
    Je ne fais pas la communication pour le Ministère de l’Ecologie, puisque je n’en fait pas partie. Ce projet est mon projet./comme tous les autres et je trouve cette initiative très bonne pour motiver les gens. Je suis géographe et apolitique puisque pour moi l’environnement est par essence apolitique. Mettez donc un bon filtre sur vos robinets et buvez l’eau !!! et regardez ce qui se passe un peu plus loin autour de vous !!!

  8. riona dit :

    Alors oui Soso est une amie, non elle n’a besoin d’aucuns secours ce serait plutot notre terre qui en aurais besoin et au lieu de hurler masquer a la pollution montre toi et fait entendre ta voix . tu verra notre planete ne s’en portera que mieux.

    *bisoux*

  9. gromike dit :

    dommage « anonymous » que vous n’ayez pas compris le sens de cette initiative.

    « Bonjour à tous je suis sûr que Soso est sincère dans sa démarche enfin j’espère »
    le « enfin j’espère » est à mon sens totalement injurieux envers quelqu’un que vous ne connaissez ni d’eve ni d’adam.

    « je pourrais faire ici des pages et des pages  »
    à ce titre pourquoi ne pas le faire plutôt que de sniper de la sorte car le trolling incessant ne vous apporteras que peu de satisfaction et à terme une certaine frustration.

  10. Bonca Chikuwa dit :

    Super initiative Soso.
    Par contre anonymous je suis un peu déçu par ton comportement. Je connais Soso depuis très longtemps et la politique n’a rien à voir avec son initiative… Comme je suis breton d’origine, je t’accorde que tu peux être remonté contre ces ministres qui les uns après les autres se succèdent sans prendre d’initiatives ou de mesures efficaces. J’ai connu moi aussi les marées vertes, et l’élevage intensif y est pour beaucoup (et il n’y pas que le monde paysan à remettre en question, il y a aussi nos modes de consommation). Mais es-tu prêt a renoncé à manger de la viande tous les jours pour ne plus avoir cette surproduction animalière, qui produit tant de déchet et que la nature a du mal à recycler.
    Tu parles d’en écrire des pages, alors écrit un rapport, va voir les personnes concernées, proposent des solutions. Quand ce rapport sera fini, tu auras peut-être le courage de monter au front et de t’engager toi aussi dans le combat politique. Si un homme motivé arrive là haut (en haut de la pyramide), s’il croit en ses convictions, alors peut-être que nous pourrons avoir un avenir plus lumineux.
    Je compte sur toi …

    Pour ma part, comme tout bon citoyen qui veille à l’environnement, je me pose des questions et je vous en fait profiter ici (seulement quelques unes):

    Le bois est une solution écologique car renouvelable; je dis oui mais à une vitesse lente de régénération. Si tout le monde passe au bois, peut-on quantifier la durée de nos forêt ? Pour moi la vraie énergie renouvelable passe par une isolation correcte de nos maisons, d’utilisation de matériaux à fort pouvoir thermique (brique alvéolée par exemple).

    La vraie énergie renouvelable est celle qui ne vient pas de notre écosystème planétaire (solaire, solaire thermique, géothermique …), il existe des solutions qui sont complémentaires à mettre en œuvre, malheureusement ce coût est encore énorme. Comment les mettre en œuvre facilement pour un particulier. Ne me parlez pas du crédit d’impôt, c’est une aberration. Imaginons un achat de matériel à 4000€, j’ai 2 solutions, j’achète le matériel (4000€) je le fait poser par un expert (4000€), j’ai le droit à mon crédit d’impôt de 40% du matériel soit 1600€ de retour, prix de la facture (8000€ – 1600€ = 6400€). Solution 2, j’achète 4000€ de matériel et je décide de le poser moi-même avec un peu de travail, cout définitif 4000€. Mais pas de crédit d’impôt. C’est là que ça fait mal. Aujourd’hui le matériel est trop cher, et les aides ne sont pas suffisantes dans mon cas. Donc projet à l’eau.

    Dernière question, combien coute écologiquement la production d’un CD (papier, cd, boitier). On devrait calculer en cout écologique toutes les productions (matières premières, énergies de transformation, et recyclage). Alors ce cout est-il supérieur à un album achetable en ligne ? A vous de juger, lequel de ces produits on doit taxer pour arrêter sa diffusion, lequel on doit baisser pour promouvoir son utilisation.

    Alors pour ceux qui me dirait mais tu n’es pas un vrai écologiste, j’ai changé de vie il y a 2 ans. Je recycle les déchets ménagers, tri sélectif, j’évite les produits triplement emballés, j’ai planté des arbres à tour de bras, je fais mon potager avec de l’eau récupérée dans mon puits et dans mes collecteurs. Je ne me dis pas écologiste mais je travaille sur moi-même pour éviter toute forme de gaspillage. J’espère juste un jour pouvoir m’offrir mes panneaux solaires qui restent encore inaccessibles à mon portefeuille…Là je me tourne vers les industriels pour faire un effort.

    Alors voilà, j’encourage tous ceux qui comme Soso font bouger les choses, car si elle ne l’avait pas fait, il n’y aurait pas eu ce débat. Comme quoi chaque petite vague que chacun de nous fait, si on les synchronise, feront un jour une grande vague qui nettoiera notre belle nature, et nous pourrons enfin vivre.

    Bonne journée.

  11. anonymous dit :

    Bonjour à tous,
    Je suis très étonné que mon message d’hier soir n’est pas passé? censure enfin…. je disais que ça sentait la fin de régne..

    Ce que je reproche à Soso c’est de se faire la porte parole gratuite d’un Ministére de l’écologie qui est connu de tous pour sa totale incurie en la matière , ce que je lui reproche c’est de nous dire que l’écologie n’est pas politique , oh que si qu’elle l’est car il y a des choix cruciaux à faire qui seront fait ou pas et qui touchent ou toucheront très fortement notre quotidien à tous.
    L’écologie n’est ni de droite ni de gauche mais elle n’est surement pas au MEDEF ni à la FNSEA.
    Ce que je reproche et pas qu’a elle(je ne la connais pas et je ne sais pas comment elle vit) c’est la poudre aux yeux , la com coco, le vent, la culpabilisation du péquin moyen par des bobos parisiens friqués qui habitent des beaux appartements bien éclairés et bien chauffés les mêmes qui prennent l’avion x fois par an qui roulent en belles voitures pour aller dans leur maisons secondaires ou aux sports d’hiver et qui ont l’outrecuidance et l’obscénité de vouloir nous donner des leçons de morales ou d’écologie

  12. wolkam dit :

    En même temps, si on ne fait rien, si on ne prend aucune initiative juste parce que quelques politiques n’ont pas tenus leurs promesses on ne vaut pas mieux qu’eux.
    Toutes les actions qui servent à faire prendre conscience que la planète est en danger sont utile, attaquer certain sur ces actions, c’est se tromper de cible. Le problème ne viens pas des politiques mais de nous, de notre société, et nos amis et enfants, comprennent bien plus facilement l’utilité d’un geste écologique qu’un impôts ou une subvention. Tout est question de bon sens.

  13. riona dit :

    Même si dans le cas présent le bon sens voudrait de ne pas juger une personne que l’on ne connait pas et en prime on le dit.

    Le rengaine du pauvre peuple sous le joug des puissants de paris c’est completement dépassé est caduque. Croit moi je connait certains proprietaire terrien « de bons paysans blablabla » qui abreuve le reservoire de leurs range-rover toute neuve avec les subvention d’états, ou retrouvera ces même pauvres agriculteurs pleurés davant leurs ministère et pire, faire de l’écologie leurs cheval de bataille avec pour armes, pesticide et autres saletées.

    Il faut vraiment que tu lise autrechose que « moi et ma révolution » du ché. Ou alors applique le, mais la première chose a faire est d’oter ton masque, le combat underground c’est bon pour les jeux vidéos. Les agriculteurs comme les politiciens enarques et autres sont tous aussi coupable de négligence, je fait comme bonca et tente aussi de m’amendée par un renouveau de la vision que j’ai pus avoir de l’écologie.

    Quand a la censure, içi il n’y a que moi de censurée, hein wolkam 🙂 .

  14. anonymous dit :

    Bonjour,

    « riona Says:
    avril 2nd, 2007 at 7:01

    Même si dans le cas présent le bon sens voudrait de ne pas juger une personne que l’on ne connait pas et en prime on le dit. »

    -Quand on se fait le porte parole sur SL du Ministére de l’écologie, il est bien normal d’assumer quelques critiques sans crier tout de suite « grossier personnage ou impoli »

    « Le rengaine du pauvre peuple sous le joug des puissants de paris c’est completement dépassé est caduque. »

    -Non justement on en créve de voir ce systeme UMPS tenir tous les rènes du pouvoir, médias , finances et politiques venir nous dire comment vivre et penser ! et c’est justement ce raz le bol qui commence a effrayer les « élites ».

    « qui abreuve le reservoire de leurs range-rover toute neuve avec les subvention d’états, ou retrouvera ces même pauvres agriculteurs pleurés davant leurs ministère et pire, faire de l’écologie leurs cheval de bataille avec pour armes, pesticide et autres saletées. »

    -Je ne dis pas le contraire quand je parle de la FNSEA.

    « Il faut vraiment que tu lise autrechose que “moi et ma révolution” du ché »

    Là tu as tout faux et je crois que tu me situes assez mal politiquement.

  15. riona dit :

    Sans doute seulement tu t’exprime etrangement alors 🙂

  16. […] Anonymes ou non, les joueurs de SL s’expriment et font des rencontres. Second Life serait-il un terrain propice pour tous ceux qui cherchent à propager leurs idées ? Je n’ai pas encore eu connaissance de retour d’expérience d’associations s’y étant établies, mais cela ne saurait tarder ! J’ai par contre entendu parler d’agences de communication et de campagnes politiques … et enfin, une initiative encouragante : un espace francophone dédié au développement durable et à l’écologie à ouvert ses portes le 1er avril 2007 : https://secondworld.wordpress.com/2007/04/01/et-si-nous-apprenions-a-vivre-ensemble-autrement-et-dura… […]

  17. […] décembre 2007 Le SLCamp3 a eu l’honneur d’accueillir des invités de prestiges: Phylire Coppola, Daneel Ariantho, Stephane Zugswang, Leflou Ackland auteur du livre “Les Secrets de Second […]

  18. […] SLCamp3 a eu l’honneur d’accueillir des invités de prestiges: Phylire Coppola, Daneel Ariantho, Stephane Zugzwang, Leflou Ackland auteur du livre “Les Secrets de Second […]

  19. Argent facile dit :

    Très bon article, auquel j’adhère entièrement.

%d blogueurs aiment cette page :