Emmanuel Alcott pique votre sensibilité

Emmanuel Alcoot, photographe d’art, épicurien, présente actuellement ses épreuves moyen format au 1er étage de la Fondation Devinna.

Découvrez ce protagoniste de la renaissance de la photo traditionnelle.

Emmanuel Alcott aime communiquer.

La liberté d’expression est son maître-mot et son exposition n’en manque pas.

« Je photographie le réel juste avec un regard qui est le mien, avec ma sensibilité, et j’essaye de vous montrer ce que je vois. Je veux montrer un peu de rêve, de belles choses »

La première fois que j’ai visité la Fondation et cette exposition, je suis arrivée avec l’idée préconçue qu’une image de paysage était inerte, lisse. Dès le premier cliché, mon raisonnement a commencé à faillir et devant « La Dune », l’ombre qui couvrait mes yeux de novice a disparu.

Un décor simple certes : « soleil dans mon dos, en fin d’aprem au mois d’août , vers 18h00 de mémoire », mais quel magnifique effet de luminosité.

L’artiste a saisi l’instant intime d’une rencontre entre le dernier reflet de lumière et le sable.

Observez à côté, la photo sur votre droite.

Cette fois encore, le photographe prouve sa maîtrise du sujet, bien qu’il s’en défende en déclarant

« En fait c’est très simple, pour avoir une image assez piquée, vous devez avoir une vitesse assez haute pour éviter les flous de bouger. Du coup le diaphragme est assez ouvert, ce qui donne une profondeur de champs, une zone de netteté faible, d’autant plus faible sur un sujet rapproché comme ces piquets de bois. Plus le sujet est éloigné moins il y a de flou. »

Apres la mise est point est faite sur ce que j’estime important dans l’image pour isoler mon sujet et ainsi le sortir du reste via une zone de flou. »

Arrêtez-vous aussi devant cette image qui semble représenter des écailles, à gauche de La Dune.

Le sujet est basique et l’art s’exprime au gré des contrastes. C’est un travail sur la lumière.

Vous avez devant vous, une photo de la mer, vue à hauteur d’homme. Bluffant !

Pour saisir l’âme de l’artiste et apprécier son talent au-delà de la technicité, imaginez…. une boîte de Pandore.

« Ses images sont des autoportraits de mon âme »

Tout au long de l’exposition, si vous êtes attentifs, vous reconnaîtrez le besoin de liberté, le renouvellement, le plaisir, la profondeur et dans les jeu des effets, la fragilité.
S’il ne fallait choisir qu’un seul élément pour le représenter : ce serait l’Eau.

Se téléporter à la fondation Devinna

 

 

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :