Le cirque des mirages à l’Esprit frappeur

Nous vous avions déjà parlé de l’esprit frappeur, et bien Allain Lubezki son patron est emballé par le Cirque des mirages (Fred Parker au piano, Yanowski au chant) qui se produit chez lui du 18 au 22 et nous a préparé un petit texte pour nous les présenter. Pour rappel l’esprit frappeur se trouve ici http://slurl.com/secondlife/ile%20de%20france/145/164/29 et les spectacles ont lieu à 20h30 tous les soirs, sauf le dimanche 17 heures. la rediffusion se fait en video live dans le club SecondLife de l’Esprit frappeur, une prouesse technique encore trés rare dans notre univers !

Le cirque des mirages

Paris début de siècle.
Oui mais lequel ?
La nuit étrangle ses réverbères, lucioles décharnées, squelettiques vers luisants.
Morts-vivants naufragés, garde-ivrognes, leur unique pied, luisant d’urine, planté aux rebords de la sombre ruelle…
L’hiver a mis ses chaînes et grelotte sous son bonnet d’étoiles jaunies. La brume déroule ses écharpes, cotonneuses tentacules, raseuses de pavés.
Tout au bout de la ruelle, là où les derniers hôtels louches semblent se rejoindre, deux étranges silhouettes titubantes de peur et de fatigue, collées l’une à l’autre, semblent attendre. Figées.
L’une grande, l’autre petite. Comme si le point était tombé du i.
– Je suis le Comte Yanowski, vous ne me faites pas peur !
Voix qui tremble, parole menteuse.
– Et moi, je suis Fred Parker ! dit le point.
Plume brillante quoique hérissée, bec en avant, il lance en tous sens ses encres bleues.
– Façades gribouillées, guten tags !
Crachin. Délicates souillures dégoulinantes aux devantures. Traits. Vite avalés par les buvards assoiffés.
Collées aux portes cochères, les ombres sont là. Elles attendent quelqu’un. Quel conque… Un corps à prendre, un corps de sang, de chair et d’os. Ombres poursuivies par leurs hommes…
– Nous ne pouvons pas mourir ! Nous sommes le Cirque des Mirages ! Des Mirages, vous entendez ?! Mirages ! Illusions ! Néant !
Zoom avant. Le comte, yeux cernés, pris par le kôhl. Sa main gauche enfoncée dans sa poche sans fond. Dans sa poche sans fond, sa main, blanche, serrant une petite fiole. Dans la fiole, des pilules. Pour ne plus avoir peur.
– Fred… Je crois qu’on a basculé. Joue quelque chose…
– Je n’peux pas, j’ai oublié le piano dans la chambre d’hôtel…
Zoom arrière. Plongée. Autre bout de la ruelle. Là où les derniers hôtels louchent.
L’enfant à tête de chien, debout, fait claquer son fouet dans la brume. Son maître, à tête d’homme, fait le beau. Collées aux portes cochères, les ombres applaudissent, mais l’on n’entend rien. Le maître à tête d’homme se met à danser.
Et les ombres dansent aussi. Et les bras des ombres passent au travers des torses des ombres. Et tout se mélange. On ne sait plus quoi est à qui…
Soudain une enseigne s’allume dans l’air imbibé de crachin, d’encre bleue et d’écharpes cotonneuses. Elle clignote même. Fatiguée, elle clignote.
A force de clignoter, elle a des ampoules. Dessins dans l’air imbibé. Quelques bouts de mots usés. Consonnes et voyelles se font la gueule…
Enfin, ça clignote. CE SO R, L CIRQ DES M RAG S – allumé – CE S IR, LE C RQU DES MIR GES – éteint – CE SO R, L CIRQ DES M RAG S – allumé – CE S IR, LE C RQU DES MIR GES – éteint –
Ca marche ! Il y a la queue. Une longue colonne. Ce sont les spectateurs.
Zoom avant. Contre-plongée. Protubérances. Seins de frauleins. Sexes épilés, moiteurs, lourds parfums. Ambre. Folles et fous. Folles et folles. Foule affolée.
Un couple. Lui a l’air d’un épouvantail. Elle tient une jambe dans sa main. Emballée papier kraft. Avec un nœud. Merci, mon chéri. Le prêtre sourit et l’embrasse.
– T’as vu, Fred, je crois bien qu’ils viennent pour nous…
– Ah bon ? On avait un concert ce soir ?
– Ben j’en sais rien… Quel jour on est ?
– Ben, ça dépend… Quel siècle on est ?
– Tu crois qu’on a vraiment basculé ?
– Je n’sais pas.
Collé, piétiné, coincé entre deux pavés, un programme.
AU CHAT QUI GROGNE. CE SOIR, LE CIRQUE DES MIRAGES. ULTIME AVANT-PREMIERE. TOURNEE D’ADIEU AVANT LEUR GRAND DEPART POUR LE REVE ET LA FOLIE. PARKER ET YANOWSKI. CHANSON EXPRESSIONNISTE.
– Fred, c’est toi qui a fait miaou ?

Alain Nitchaeff
http://www.espritfrappeur.ch
http://www.cirquedesmirages.com

Publicités

One Response to Le cirque des mirages à l’Esprit frappeur

  1. keru dit :

    gnéééééééé allez un peu d’autopromotion : J’me remercie pour le soutien technique et la plateforme de streaming video live permetant ces restransmission RL->SL

    (qui marche beaucoup mieux quand on a un mac :o) )

%d blogueurs aiment cette page :