Notre Seconde Vie – Quatrième partie

Notre Seconde Vie - Alain Monnier - Flammarion

Quatrième partie des impressions d’Alain Monnier et de son avatar dans SecondLife, dans quelques jours son roman sera dans les librairies, je l’ai terminé et il est surprenant…

Mais continuons avec les pérégrinations de notre ami Alain…

La première partie est ici
La seconde partie est ici
La troisième partie est ici

Dimanche

L’effort sur l’image dessinée est encore important. Je ne suis pas dans un monde, je suis dans un jeu. C’est un univers de pionniers. Je ne peux m’empêcher de penser que, dans dix ans, les plus chevronnés d’aujourd’hui se rappelleront cette époque avec nostalgie. Peut-être éprouveront-ils de la déception ou une légère déprime devant les images trop parfaites, les temps d’attente inexistants, les mimiques expressives de leur avatar ?

Je les imagine en train de dire « Dans les premiers temps, l’image n’était pas parfaite, on ramait pour passer d’une région à une autre, fallait l’agrégation pour trouver quelque chose dans son inventaire, mais. », et derrière ce « mais », il y aura des milliers de mots qui s’entrechoqueront pour essayer de faire comprendre le charme des débuts, aux plus jeunes qui les regarderont avec un air légèrement accablé.

Lundi

Avec les premiers beaux jours qui font croire à l’été, les rues et les terrasses des cafés semblent s’être remplies par magie. Les gens s’exposent, visages en quête de soleil, ils sont soudain plus souriants, détendus, amoureux de leur vie. Je suis comme eux, attentif aux autres, et j’éprouve cette amusante impression de voir les jeunes gens et les jeunes filles différemment.

Nombre d’entre eux me semblent pouvoir être des avatars. Ou plus exactement, il y a de nombreux jeunes qui sont lookés comme des avatars. En fait, depuis le début, j’ai le sentiment que SL n’est peuplé que de jeunes gens costauds, beaux, musclés, avec des coupes de cheveux souvent exagérées. Ils me semblent former comme une caste ou une génération avec les codes vestimentaires et les expressions de langage qui toujours les accompagnent. Ils sont peut-être nés de SL, mais ce sont bien eux qui, à leur tour, fondent ce monde improbable qui est SL.

Mais là, assis à cette terrasse, à regarder passer les promeneurs, ces nombreux jeunes gens que je ne remarque habituellement pas (c’est un effet de générations, puisque celle d’avant – en l’occurrence ici la mienne – a toujours des difficultés à décrypter celle qui la suit), ces nombreux jeunes gens dont le look à force de désespérément chercher à être remarquable, se fond dans une banalité consternante, ces jeunes gens reprennent toute leur saveur. Je les vois différemment. Ils sont bien en harmonie avec ce à quoi ils aspirent. J’ai soudain un sentiment de tendresse pour eux. Pauvres avatars perdus dans un monde bien indigne d’eux !

Mardi

Le jeu de Perec « Je me souviens ». Je serai curieux de savoir ce que des vieux résidents (je veux dire des résidents expérimentés) diraient. On leur proposerait seulement de donner cinq phrases commençant par « Je me souviens. » Ce seraient évidemment des souvenirs d’avatar ! Je suis sûr qu’ il y aurait de drôles de surprises. Souvent on est étonné de ce qui ressort, de la corde qui relie un souvenir à l’autre et qui finit par laisser apparaître des pépites insoupçonnées. Moi je ne peux pas encore le faire, il faut du temps et de la distance pour que cet exercice donne sa pleine mesure.

J’ai fait une fausse manip avec mon putain de firewall qui est depuis quelques semaines lui-même drôlement attaqué. Je savais que cela arriverait. Bref la connerie est faite, je ne vais pas la réparer de si tôt, je me vois comme souvent deux jours sans connexion possible. Je ne savais pas que ça m’ énerverait autant.

A suivre…

Plus d’info : http://www.alain-monnier.com
Notre Second Vie – Alain Monnier – Flammarion

Publicités

6 Responses to Notre Seconde Vie – Quatrième partie

  1. Jeanal Bert dit :

    Toujours aussi bien…

    Vivement la sortie du livre…

  2. keru dit :

    facile !

    – Je me souviens de mon premier 512sqm et des terrains « trop chers » a 3L$/sqm.
    – Je me souviens de mon voisin de 1st land qui a eu sa première ile privée avant moi.
    – Je me souviens de mes premiers terrains vendus pour 10L$ de bénéfices.
    – Je me souviens du premier projet d’école francophone qu’on avait commencé a construire avec…. Nibb Tardis (hééé oui :p )
    – Je me souviens d’une époque où nous étions 70.000 dans SL et tous copains 🙂

  3. Nephie dit :

    Je me souviens, d’un monde plus calme, plus ouvert moins violent.
    Un monde où l’on pouvait passer sans difficulté les frontières sans avoir à subir les contraintes techniques.

    Je me souviens de lieux enthousiastes où tout semblait possible au-delà même du rêve.
    Un monde où construire et bâtir prenait un sens communautaire et dévoué sans croiser la satisfaction personnelle.

    Je me souviens de nuits entières à dessiner des personnages de la littérature fantastique.
    Un monde où l’imaginaire de nos esprits se personnifiait sans limite sur l’ombre de nos avatars lumineux.

    Je me souviens de la passion qui nous animait à croire que nous étions enfin libres de pouvoir voler par delà les horizons, affranchis de toutes les barrières qui nous forcent à briser nos ailes.

    Je me souviens, enfin, de ces pauvres chimères médiatiques qui allumèrent le feu de l’ignorance et des envahisseurs malsains qui débarquèrent irrespectueux en méprisant notre univers.

  4. bizoko dit :

    Quel violence dans tes propos Nephie :
    « ces pauvres chimères médiatiques qui allumèrent le feu de l’ignorance » et « envahisseurs malsains qui débarquèrent irrespectueux en méprisant notre univers. »

    Quand tu dis « notre univers », il me semble tout d’abord que SL n’est à personne, et heureusement pas aux mains de personne aussi extrémiste dans ses pensées que toi !
    En portant de tels jugements sur des personnes, des groupes (?), que tu ne défini pas, tu portes atteinte à toute la communauté SL actuelle, et au delà aux hommes qui incarnent tous ces avatars, mais en excluant apparemment ici, puisque c’est le sujet de ce billet, les premiers résidents ?

    J’espère en tous cas qu’ils ne pensent pas tous comme toi !

  5. wolkam dit :

    Que de passion !
    Bizoko, les « chimères médiatiques » dont parle Nephie ne sont pas des résidents, mais bien certains médias qui ont colportés du grand n’importe quoi sur le sexe et l’argent facile dans SecondLife. Donc la cible c’est bien ces médias qui ont parlé sans savoir et qui nous ont amenés des personnes que nous n’avions pas l’habitude de fréquenter (elle parle bien de personnes « méprisant notre univers »), avec des propos du style « hé file moi 1000 L$ » ou « va te faire en… » (et je parle en connaisssance de cause)
    Ces nouveaux venus que Nephie qualifie de « malsains » le sont réellement pour une communauté qui jusqu’alors était bien plus respectueuse des autres résidents.
    Ne fait donc pas d’amalgame avec les propos de Néphie, ne lui fait pas dire ce qu’elle n’a pas dit et ne la qualifie pas d’extremiste, car la pour la peine, c’est toi qui tiens des propos violents…
    Raconte nous plutot tes premiers souvenirs puisque c’était l’idée finale du post 😀

  6. bizoko dit :

    ok, ok ta réponse me rassure, c’est bien celle que j’espérais en fait ! tu as bien fait de préciser quand même sur qui portait le haro de Néphie, ça me paraissait nécessaire.
    Mes premiers souvenirs ne date pas de très loin, de février en fait, donc pas très intéressant pour ce post.

    Mais j’imagine que ce dût être passionnant de vivre le début d’un tel projet.

    Bonne continuation

%d blogueurs aiment cette page :