Cybersexe

Logo_SLAdv

Attention, contenu explicite, nous rappelons que SecondLife est STRICTEMENT réservé aux adultes et que les résidents n’hésitent pas à signaler un individu à Linden Labs si ils pensent que celui-ci n’est pas majeur.

Si on parlait de sexe, enfin plus précisément de cybersexe, puisque nous sommes dans un cybermonde avec des cybersentiments et des cyberenvies.

Cybersexe, pour décrire une activité sexuelle simulée sur Internet et bien évidemment sur Second Life, où le sexe, soyons honnête, tient une place de premier choix. Quoi de plus normal au fond, puisque le sexe est un élément vital de la First Life et que Second Life est un calque de celle-ci.

Cybersexe donc, un peu partout sur le continent Linden, avec en première motivation, la possibilité de gagner de l’argent facilement en répondant aux désirs artificiels d’un avatar soumis à la tentation du plaisir et surtout, avec la possibilité d’assouvir des fantasmes qui nous caressent depuis trop longtemps.

Fantasme, pour la représentation mentale d’images et d’idées provoquant une excitation sexuelle. Vous en conviendrez sans grande difficulté, Fantasme et Cybersexe se mélangent à merveille, le premier étant le moteur du second, ils se complètent et s’emboîtent très aisément pour s’accorder harmonieusement.

Fantasme donc, tout autour de la planète Linden, avec en première ambition, la faculté d’exprimer ce qu’on a pu refouler en soi, en livrant ses roses secrets aux vices virtuels d’un avatar asservi à la perversion de la chair mais surtout, avec l’opportunité de repousser les limites qui nous emprisonnent depuis si longtemps.

Limite, pour définir la frontière que la moralité nous impose au regard de la société et des bonnes mœurs. Franchir cette zone de démarcation en compagnie du fantasme et du cybersexe pour jouir de la censure et de l’interdit sur Second Life.

Limite donc, que l’on dépasse tous les jours sur l’environnement Linden avec en première extraversion, la délivrance d’une pulsion orgasmique que l’on offre au voyeurisme factice d’un avatar perverti à la passion vulgaire et surtout, avec la capacité à pouvoir se satisfaire dans une décadence qui nous attire depuis trop longtemps.

Décadence, pour exprimer la débauche et les troubles qui se manifestent sur Second Life, quand la liberté, débarrassée de ses limites, partouze avec le fantasme et le cybersexe sur un lit chimérique, enchaînée à des pulsions névrotiques.

Décadence donc, que l’on étale en se moquant de l’amour sur la plateforme Linden avec en première résolution, la satisfaction d’un coït dégradant de luxure que l’on viole au corps d’un avatar obscène qui se masturbe sur les déviances et surtout, avec la garantie de rester propre vis à vis de sa conscience qui nous bride depuis si longtemps.

Conscience, pour entendre et comprendre ce sentiment intérieur qui traduit le bien et le mal de nos actes, de nos mots, de nos personnes, même quand ces dernières se cachent dans un monde imaginaire comme Second Life.

Conscience alors, que l’on peut avoir des fantasmes et les vivre avec du cybersexe mais que certaines limites ne peuvent et ne doivent être dépassées, même sur l’espace Linden, car celles-ci nous préservent des décadences humaines qui salissent notre monde, le vrai, depuis trop longtemps.

Neph

Advertisements

22 commentaires pour Cybersexe

  1. DidierP dit :

    je n’ai personnellement toujours pas trouvé un quelquonque intérêt au sexe virtuel, il faudra m’expliquer.. en attendant je vais continuer à construire des yachts .. ça c’est un vrai fantasme, le reste j’ai le RL pour ça 😉

  2. keru dit :

    Bah pour comprendre t’as qu’a essayer.

    J’ai deja assisté a des scenes publiques par des « roleplayers » : ils ecrivent des romans entiers, c’est du bonheur a tartiner. Les animations et avatars sont purements accessoires quand c’est pratiqué par des virtuoses du cybersexe.

    Le cybersexe c’est (aussi) bon … heu… mangez-en ! 😀

  3. wolkam dit :

    lol Keru !
    Jolie Billet Nephie, original dans la forme, pour ce qui est de la version plus pragmatique du phénomène, j’essayerai d’écrire un billet dessus…
    Et le premier qui profite de ce billet pour placer un « masturbation intellectuelle » aura comme gage de faire 4 fois le tour de gaia a cloche pied et en pette tenue !!! et je peux vous garantir que développer une animation cloche pied c’est pas de la tarte !!! alors prudence !

  4. DidierP dit :

    keru,

    pourquoi boire du perrier quand on a du champagne à la maison..

  5. Nayumi dit :

    mouai faut pas oublier le « cyber » dans cyber sexe car je trouve pas que c’est une decadance ou quoi que se soit, je crois pas que sa peut choqué non plus, je dis juste que c’est stupide, mais faut pas oublier non plus que c’est l’un des meilleurs moyen de se faire de l’argent (malheureusement)

  6. sosogao dit :

    Et pourquoi pas ???
    Nephie très bon article !!!
    Je parlerai plutôt de sexe virtuel en ce qui concerne SL et par forcément de sexe payant 🙂
    Mince, votre RL chéri(e) est à 500, voir 1000 ou 10 000km de vous et vous vous retrouvez sur SL pour passer une soirée sympa touos les deux avec bisous câlins et plus, c’est chouette, c’est cool et c’est parfois très fun 🙂 peut-être même très initiateur alors profitez-en lol

  7. Mackenzie dit :

    Mode langue de bois off, avec toute ma sympathie pour la rédactrice néanmoins : article au style ampoulé et qui ne traduit aucune réalité du cybersexe sur SL.
    Dommage, car le choix du thème état trés intéressant.
    Wolkam j’attends ton article avec impatience ! 🙂
    Et pourquoi pas faire une blogosemaine autour du cybersexe ? tous les bloggeurs français postent sur le thème ?

  8. sosogao dit :

    Bonne idée Mackenzie !!!
    Ah Wolkam !!! le sexe n’est pas que de la masturbation intellectuelle 🙂 🙂 tout dépend de qui est à l’autre bout 😉 et avec les sexes à 3 vitesses et les sexes Cyberinteractifs …… J’attends ton article pour dépoussiérer un peu cela lol

  9. Nephie dit :

    Bonne idée !?!
    Et puis quoi encore ?
    Un annuaire de toutes les adresses chaudes de Second Life, avec les tarifs des escorts girls de chaque club privé ? Pis pendant qu’on est, pourquoi pas un espace de vente en ligne de films X réalisés par Muji ou encore des ustensiles roses testés par l’équipe. Un peu de sérieux quand même, me semble que SLO n’a pas la vocation de devenir un playboy « SLisé ».

    Pour le reste, Mack, la réalité du cybersexe sur Second Life n’est qu’une question d’opinion personnelle. Si L’article de traduit pas la tienne, j’en suis désolée, mais sache que je ne changerai pas d’ampoule pour un autre style.

  10. wolkam dit :

    Mais non heuuuuuuu !!! On blaguais Neph lol, jusqu’a présent c’est un sujet qu’on avaez plus ou moins « évité de traiter », je ferai juste une petite mise au point sur SL et le cybersexe, parce que je n’ai pas envie de voir a la une de TF1 qu’un univers de pervers est en marche, car pour moi ce n’est tout simplment pas le cas !!!

    Pis sérieux payer pour ça ? Avec un avatar aussi seduisant que le mien ça m’est jamais arrivé… huhuhuhu

  11. Full Loon dit :

    kikou,

    Moi suis d’accord avec toutes les versions.
    Ce que je vois c’est que c’est un sujet ou les initiés « de SL en général » sont dynamiques et réactifs pour donner leur version.
    Kéru, suis curieux de lire ces fameux romans si delectueux…. En dehors donc de SLO, si tu as une adresse lol……

  12. riona dit :

    Excellent billet Neph 🙂

    @Didier : ce que toi tu vois comme etant du champagne n’est peut etre que du perrier en fait? 😉 .

    J’ai bien envie d’y coller mon grain de sel moi aussi…

  13. Joannie dit :

    Moi j’ai bien aimé le lire cet article en tout cas 🙂

  14. Christophe Priestly dit :

    Cool article !
    moi perso j’ai jamais essayé le cyber sex car ma vraie copine ne veut pas que j’ai une maitresse ou une prostituée (même virtuelle :))

  15. Kurt LACAVA dit :

    Je suis partis de SL pour un sacré bout de temps mon PC déconne quand j’le met, aller, je revient bientot !!

  16. keru dit :

    @DidierP : Parce que le Perrier c’est pas degueux non plus. Demande toi pourquoi il y a des films et des livres érotiques, et pas seulement du porno bien hard et gras.

    @Full Loon : il n’y a pas d’endroit en particulier. Et ils se font rares et discrets, pas forcement tout le temps d’humeur a faire leurs affaires en public 🙂

    Les meilleurs sont souvent ceux qui sont dans le BDSM, cela requiert bien plus d’imaginaire et d’innovation que le bon vieux missionaire. Souvent des gens socialement et culturellement élevés qui n’hesitent pas a explorer virtuellement ou reellement les limites de l’imaginaire.

    Je vous recommande « Venus in Furs » par « Leopold Ritter von Sacher-Masoch » qui n’est pas porno pour un sous. On peut le trouver en libre distribution sur le projet gutenberg : http://www.gutenberg.org/etext/6852

    Le mot masochisme vient de son nom : C’est dans son livre Psychopathia Sexualis (publié en 1886) que le docteur Richard von Krafft-Ebing forge le mot masochisme. Sacher-Masoch s’éleva contre l’utilisation de son nom pour désigner une perversion.

    Au même titre que le mot « sadisme » vient du « Marquis de sade » (Mot qui a été inventé après sa mort, il n’a pu donc s’opposer a l’utilisation de son nom pour décrire une perversion… étant mort).

    Et pour terminer, il n’est pas necessaire de se pignoler devant son écran pour en apprecier la teneur, n’en deplaise a certains qui considerent le cybersexe comme un plaisir « sale » et « solitaire ».

    Je suis d’accord pour dire qu’il y a une certaine forme de decadence dans tout ca. M’enfin… C’est pas comme si ca datai d’hier. Le cybersexe se pratiquai deja sous une autre forme… depuis que l’humanité sait envoyer des lettres. Quand au BDSM… oulah… depuis que l’humanité existe ? Voir aussi la quantité incalculabe d’oeuvre anciennes qui ont été inspirée de ces pratiques (Y compris des tableaux de maitres célébres, des poème connus, des romans connus, …).

    Bref, c’est pas comme si tout cela était nouveau, donc inquietant.

    PS (ma vie) : je ne suis pas un addict du cybersexe, LOIN DE LA. Mais puisque c’est le sujet en cours et que j’ai quelques experiences en la matière, j’en parle. Idem pour le BDSM (que jai decouvert dans SL)

  17. Simil Miles dit :

    La seule différence entre le sexe et le cybersexe, c’est l’absence d’échanges tactiles, olfactifs et gustatifs.
    Un cube, un monde est virtuel, un sentiment, un désir n’est pas virtuel.
    Ça, il faut bien le comprendre.

  18. yongho dit :

    Moins je connais keru plus je l’apprécie … Vais finir par tomber amoureux d’une boite de conserve moué ??????
    Pour le reste, j’en parle pas je le pratique et certains en parlent ici très bien pour moi.

    Yongho chez les Helvètes

  19. myster Welles dit :

    Keru,
    A mon avis, ce n’est pas parce que certaines choses existent depuis l’aube de l’humanité qu’elles sont nécessairement « civilisatrices », « bonnes » pour l’être humain…ou dénuées de perversité…
    Cela étant dit, chacun est libre de faire ce qu’il veut de son corps et de ses fantasmes…tant que cela n’empiète pas sur la liberté des autres. Cordialement Myster Welles

  20. Eve Kazan dit :

    C’est très interessant tout ca. c’est un sujet qui me passionne car tellement ambigue.

    Comme tout le monde ou presque j’ai essayé le sexe sur Sl, mais au final je n’y ai rien trouvé de bien fun, peut-être que mes partenaires ne correspondaient pas non plus … il me faut sans doute plus qu’un bel avatar bien membré … je pense. lol

    L’une des questions aussi que je me posais sur Sl, était de savoir si le cyber-sexe c’était trompé. Personnelement je pense que oui, mais tout dépend encore des propos tenues. On peut animer son avatar de facon explicite tout en parlant économie … le cyber-sexe n’a alors de valeur que si l’excitation est réelle, si l’on trouve un plaisir réel à l’echange virtuel, et donc fantasme …

    J’ai l’impression de deballer tout ca de facon fouilli, m’enfin bon merci Nephie, j’aime bien ce genre de post qui fait réflechir 🙂

  21. Kara dit :

    Bravo Keru !

    Au final, cet article de Nephie pourrait assez bien illustrer un article de propagande de familles de France….

    J’ai en RL, la chance de vivre une sexualité (bdsm) qui répond à mes fantasmes.
    Or, bien des femmes et des hommes n’ont pas possibilité d’assouvir leurs fantasmes. Soit par culpabilisation (d’origine culturelle et éducative, merci Nephie, avec de tels jugements, c’est sûr que ces gens ne sont pas prêts de franchir le pas en RL…), soit en raison de la frilosité du conjoint.

    Alors sur SL, ces gens se libèrent, vivent via leur avatar, leurs fantasmes les plus crus.
    Il n’y a rien de sale, dans le sexe hard, quand il est pratiqué entre personnes consentantes et respectueuses de leur partenaire.

    Et n’en déplaisent à certains, le sexe, c’est aussi dans la tête que cela se passe, heureusement que ce n’est pas qu’une histoire de contact entre 2 épidermes suivi d’un coït… Il y a des gens dont la sexualité virtuelle est bien plus riche et intense, que celle de bien des couples.

    Qui êtes vous Nephie, pour qualifier de passions vulgaires, de pulsions névrotiques, de coït dégradant, de déviances, des actes sexuels exprimés dans virtuellement dans le cadre de SL ? Est-ce donc là, l’image que vous vous faites, des fantasmes d’autrui ? Des limites ? Quelles limites imposer, sinon l’absence de consentement et la pédophilie ? SL offre justement un cadre no limit à nos fantasmes, et voilà que s’approche à travers votre billet, le spectre d’une nouvelle censure… Usant.

    Bienvenue chez Familles de France, et have fun !

  22. blackbird dit :

    be justement moi je cherche des landmarks pour du cybersex francais… vous en avez ?

%d blogueurs aiment cette page :