Les conseils aux débutants de Mackenzie McArdle

Nous ne le répèterons jamais assez, mais Mackenzie McArdle de la coopération française et toute l’équipe de la zone d’accueil francophone aux alentours de l’Aréa 51, Gaïa et autres groupes d’entraides font un travail formidable pour tous les nouveaux résidents.

Mais bien entendu, certains d’entre vous se disent qu’ils n’ont pas besoin de conseils et évitent la coopération française parce qu’ils se sont toujours débrouiller sans les notices de jeu vidéo …

Trêve de plaisanteries, on a trouvé tous ces conseils tellement à propos et perspicaces qu’on les publie ici, ce n’est jamais de trop de répéter ces choses là.

______________Les 10 conseils de Mack au Noob.______________

Cher Noob (nouveau-venu) ,
Tu viens d’arriver, tu te sens moche, ruiné et perdu. Ne te décourage pas, c’est une étape par laquelle nous sommes tous passés ici. Second Life te semble immense, parfois désertique, parfois trop plein, l’interface te dépasse, et tu aimerais avoir une autre coiffure que ce caramel mou sur la tête.
Voici mes 10 conseils à suivre pour vivre un Second Life serein et épanoui.

*****1. Apprenez à marcher avant de vouloir travailler.*****

A la crêche, les enfants ne cherchent pas un travail. Ils apprennent à marcher et à communiquer.
Anecdote vécue maintes et maintes fois à la coopération Française. Un nouveau-venu arrive, et me demande un travail. Je luis dis de me suivre pour aller voir une affiche explicative. Un pilier se trouve sur notre chemin. Le noob met 27 minutes à parcourir 5 mètres. Pas à cause du lag : parce qu’il sait à peine se diriger et maîtriser l’interface de SL.
Avant toutes choses, apprenez à maîtriser l’interface de Second Life. ( j’utiliserai dans ma note des exemples d’interface en anglais, mais vous pouvez obtenir la version française de l’interface en allant dans Edit > Preferences > General, et en bas dans le Language, vous choisissez….l’estonien bien sûr)
Si vous apprenez patiemment à vous servir des commandes, raccourcis, menus, fenêtres, vous bougerez facilement, communiquerez facilement, échangerez facilement, et si vous avez du talent, il aura plus de chance de s’exprimer. Apprenez à voler, à atterrir avec précision. A vous asseoir. A répondre à un IM. A vous faire des amis, à leur écrire, à mémoriser un endroit, à gérer votre inventaire. Bref, apprenez le jeu avant d’y jouer.
Pour cela, rendez-vous à l’école Francophone, sur Gaia. Il y a un parcours explicatif que vous pourrez emprunter à votre rythme pour maitriser ces points.

Se téléporter à l’école francophone.

*****2. « Are Hi Esse, Pi Siti » (respect)*****

Comme dans la vraie vie, n’insultez pas, n’embêtez pas, ne harcelez pas, ne frappez pas une personne à moins qu’elle soit consentante et vétue en latex (il y a des endroits pour cela).
Il y a six grandes règles de comportement émises par Linden Labs pour vivre à peu près correctement sur second life. On les appele les « Big Six ».
Visitez ce site pour en avoir un aperçu en français : https://secondworld.wordpress.com/2006/12/31/les-six-commandements/

Il faut bien que vous réalisiez que sur Second Life, contrairement aux MMORPG comme Wow que vous connaissez peut-être, 99,90 % de ce qui vous entoure a été créé par la communauté de joueurs. Il est possible de faire cavalier seul dans le jeu, mais le liant communautaire et le « savoir 2nd Vivre » est une dynamique essentielle des grands projets et des grandes réussites du jeu. Ce sont des « guildes » sans en être vraiment. Mais personne n’est obligé de vous supporter ni de vous répondre si vous êtes impoli, insultant ou autre.
De plus, dans la majorité des endroits ou vous vous trouvez, vous devrez respecter les règles éventuellement spécifiques de l’endroit (parfois visible dans ce que l’on appelle le Covenant dans World-> About Land).
Soyez observateur et sympa, c’est globalement le seul conseil pour ne pas avoir de problèmes. Les propriétaires des terrains peuvent vous éjecter ou même vous bannir si vous dépassez les bornes, et les bans sont souvent définitifs ! (vous ne pourrez plus jamais rentrer dans la zone concernée, à moins de créer un autre avatar, ou de gagner Pékin Express).

*****3. Le Linden ne fait pas le bonheur*****

Si après tout vous cherchez un travail, c’est que finalement, quelqu’un, lors de vos premières rencontres, ou des articles, vous ont fait penser qu’il était indispensable sur Second Life d’avoir de l’argent.
Sachez qu’il n’est pas indispensable, sauf si vous voulez un terrain. Pour le reste, de nombreux endroits sur SL proposent des objets gratuits, cela va du simple t-shirt à l’immeuble entier !!! Tout peut être obtenu gratuitement. Et encore mieux : tout peut-être créé par vous même ! Il est enthousiasmant de se fixer comme défi de ne rien dépenser dans le jeu. Certains joueurs que je connais n’ont jamais déboursé un seul linden de leur poche !!
Si cependant vous désirez consommer sur SL, ne vous focalisez pas sur un travail. Un jeu video normal coûte une soixantaine d’euro. Pour une trentaine d’euro, vous pouvez acheter environs 10000 linden, ce qui vous permet d’acquérir largement les vêtements et avatars que vous souhaitez. Quelquefois il vaut mieux « sortir la carte » que dépenser des heures inutilement à danser sur une scène ou balayer les sols du jeu.

*****4. N’ayez pas peur*****

Une chose amusante que beaucoup de nouveaux résidents ignorent lors de leur démarrage sur SL. Vous ne pouvez pas mourir sur SL. C’est impossible. Personne ne peut vous tuer, vous blesser ou altérer votre avatar sans que vous donniez à un moment ou un autre l’autorisation pour cela.
La mort peut être « jouée » dans certaines sims réservées au jeu de rôle (RP). Mais même dans ces cas là, où vous pourrez visualiser votre niveau de vie, et effectivement, le cas échéant, la mort, la seule conséquence de cette mort jouée est un redémarrage à l’entrée de la sim ou sur la welcome island.
Ne fonctionnez donc pas aux éventuelles menaces de petits rigolos menacant votre vie d’avatar.

De la même manière, on ne peut pas vous capturer. On peut à la rigueur vous immobiliser, vos encercler, vous bloquer, vous projeter dans les airs, mais aucune de ces situations n’est inextricable. Un simple teleport vous sortira de la plupart de ces mauvais pas ou, dans le cas où vous seriez tombé sur un méchant particulièrement doué, une reconnexion dans le jeu (en veillant à ne pas arriver au même endroit !).

On ne peut pas non plus vous « dérober » de l’argent ou un objet sans vous faire valider un script préalable. L’acte de délinquance le plus fréquemment commis sur SL n’est pas le vol mais le pigeonnage, c’est à dire tirer parti de votre naïveté de noob.
ET SURTOUT, soyez bien vigilant par rapport aux messages de second life vous demandant des autorisations. Les plus sujettes à conséquences sont celles voulant vous prendre de l’argent « take money from you » ou vous faire jouer une animation « animate your avatar ». Si vous ne connaissez pas ou mal l’origine de ces demandes, refusez-les.
ENFIN, bien sûr, ne donnez à personne votre mot de passe de connexion. Cela semble tomber sous le sens. Et bien pourtant…

*****5. Créez*****

Sans être propriétaire de terrains, vous avez tout de même la possibilité sur certains endroits de Second Life de vous entrainer à construire des objets, développer des scripts et mapper des textures. C’est ce que l’on appelle les bacs à sable ou en anglais sandbox.
Une heure passée en sandbox vous dégourdira plus que trois heures passées ailleurs.
Au-delà de l’activité de construction proprement dite, sur laquelle vous ferez vos armes, les sandbox sont des endroits coriaces, où trainent toute la faune de SL, des noobs, des seniors, des gentils, des méchants. Vous y verrez voler des poulpes géants, des F-15, des testicules à roulettes manqueront de vous écraser.
Un endroit idéal pour prendre le pouls d’une certaine communauté SL, mais aussi pour échanger des idées avec d’autres créateurs et nouer des relations.
Il y a deux catégories d’avatars qui désirent tenir une pomme dans la main. La première va écumer tous les shops du jeu pour acheter une belle pomme. La deuxième catégorie va s’acharner une heure en sandbox pour modeler sa première pomme.
Ce sont deux approches de jeu différentes.
Mais sachez que si vous touchez un petit peu à tout – en construction , en textures, en animations, en scripts, et ce le plus tôt possible, vous vous donnez les meilleurs atouts pour trés rapidement participer à des projets sympas et collaboratifs, parfois même rémunérés, au sein du jeu. Allez en sandbox, et créez. Vous seriez trés fier de votre premier cube rose, et c’est une étape inoubliable dans votre Seconde Vie.

*****6. Voyagez de par le monde.*****

Certaines mauvaises langues ont tendance à dire que la communauté Française de Second Life est enfermée sur elle-même, dans ses lieux, ses sims, ses petites histoires. Cela n’est pas totalement faux, et je suis toujours surpris de voir des noobs de quelques jours ou semaines ne jamais quitter le cocon douillet d’un bar, café francophone ou de la coopé. C’est le voyage qui forme la jeunesse !!
Si quelques réalisations francophones sont dignes d’intéret, les plus belles réalisations de Second Life sont dans le monde Anglophone et sont Américaines, Anglaises, Australiennes, Hollandaises, Brésiliennes…
Amusez vous à errer dans Second Life, découvrez ces merveilles, parlez aux gens même avec votre petit anglais (vous pouvez d’ailleurs vous procurer un traducteur portatif, que l’on appele Babbler) et vous reviendrez enchantés de ces voyages aux confins de l’imaginaire et de la fantaisie.
Dans les bureaux de la coopé, un coin cyberespace affiche un grand nombre de blogs de résidents. Visitez-les pour découvrir leurs explorations. Certains blogs sont même spécialisés dans l’exploration géographique.
Vous verrez non seulement qu’il vous faudra toute une (seconde) vie pour visiter les endroits remarquables de SL, mais que finalement les français ne sont pas si casaniers que cela 🙂

Ce que je faisais quand j’étais noob, et que je fais toujours : lorsque je croise un avatar inconnu qui m’a l’air sympa, j’ouvre son profil (clic droit profile) et parcours ses « picks » (sélections, endroits préférés). Puis je m’y téléporte pour découvrir l’endroit. Là-bas, j’y croiserai d’autres avatars, dont j’ouvrirai également les profils etc etc… Vous « surfez » de profil en profil. C’est une sorte de bouche à oreille en mode passif, qui réserve toujours bien des surprises 🙂

*****7. De préférence, parlez une langue officielle*****

Avant peut être une future implantation de la voix dans Second Life, le code de communication principale utilisé jusqu’à maintenant est la langue écrite. Français, Anglais ou celle de votre pays.
L’objectif dans Second Life n’est pas forcément pour vous d’écrire le plus vite possible. Jamais quelqu’un ne va partir parce que vous mettez dix secondes à taper une phrase. L’objectif est de se faire comprendre par le plus de personnes possible, ou , disons , le plus grand spectre de personnes possibles, pour faciliter, optimiser, et accélerer les interactions.
A moins que vous soyiez avec des amis ou des interlocuteurs qui aient explicitement accepté de le faire, n’utilisez pas de language abrégé de type MSN, SMS, Kikoolol. Un avatar SL n’est pas un skyblog.
Pour une bonne moitié des gens, cela sera incompréhensible. Pour l’autre moitié , ce sera considéré comme un manque de respect.
Suivant la situation de jeu, les phrases affichées sont nombreuses, entre les IM et les phrases publiques. Il est plus rapide de lire et comprendre une phrase en français normal, qu’une phrase en SMS perdue dans le contexte.
Donc par précaution, lorsque vous vous exprimez en public ou une personne avec laquelle vous n’êtres pas encore familière, évitez le SMS abusif.

En ce qui concerne l’orthographe, ce n’est pas la même chose. Les avatars de SL ont fait des études diverses, ont des parcours sociaux et personnels divers, et une grande tolérance doit exister sur l’orthographe et la grammaire. L’important est que l’effort de communication soit réciproque.

*****8. N’écoutez personne.*****

Fuyez les certitudes. Découvrez par vous-même. Qui dit communauté, dit communautés au pluriel, il existe autant de définitions de Second Life que de personnes l’utilisant. Certains parlent de jeu, d’autres de plateforme de développement, d’autres d’outil éducatif, d’autres de plate-forme de création artistique… Goûtez à tout. Evitez de vous enfermer dans une utilisation qui puisse vous empêcher de goûter les aspects formidables de Second Life. Oui, sur SL vous pouvez être un prêtre cathare ou un indien apache vivant avec sa femme et ses enfants. Oui, vous pouvez vous produire en concert depuis votre chambre en pyjama, devant une cinquantaine de personnes. Oui, vous pouvez vous faire former dans un nombre incalculable de disciplines, oui vous pouvez tomber amoureux, oui vous pouvez vous ennuyer atrocement, oui vous pouvez tout bêtement chatter entre amis.

Faites-vous vous votre propre utilisation de Second Life, n’ayez pas d’horaires fixes, ne vous sentez pas obligé de vous coucher à 5h du mat’ parce que vos collègues vampires le font et ont peut être moins d’obligations RL que vous. Faites de ce logiciel un instrument de liberté, et non de contraintes.

*****9. Avalez la pilule : first life restricted*****

Une mauvaise habitude du nouveau-venu de SL , lorsqu’il rencontre par exemple une jolie avatar, est de demander au bout de quelques minutes :
– T’as quel âge ? T’habites ou en vrai ? T’es jolie en vrai ?
Ces questions sont compréhensibles, nous avons tous ressenti cette envie de savoir, mais vous verrez que peu à peu ce besoin immense de connaitre la personne au bout de l’avatar s’estompe. Ce n’est pas la solution du jeu, ni de l’enigme.
Vous remarquerez d’ailleurs que les journalistes, qui n’y connaissent absolument rien à
Second Life pour la plupart, adorent traiter le sujet et le contraste entre le joueur et son propre avatar.
Sachez que beaucoup de personnes dans le jeu ne souhaitent rien lacher de leur 1er vie, de leur véritable identité, de leur véritable sexe, de leur âge, de leur situation professionelle, maritale ou sociale. Si elles ne souhaitent pas répondre, n’insistez pas et concentrez vous sur l’avatar. A l’inverse, d’autres personnes sont complètement transparentes sur leur identité RL (de la vraie vie) et vous répondront sans gêne. A vous de respecter l’un et l’autre de ces comportements.
Si vous vous enamourachez d’un avatar, réfléchissez bien avant de solliciter une « ouverture des frontières ». entre SL et RL. Votre partenaire n’acceptera pas forcément. Et si vous appreniez que la jolie blonde que vous bisouillez et fréquentiez tous le soirs depuis trois mois est un jeune homme barbu de 30 ans ? Cesseriez-vous immédiatement d’aimer la jeune fille ? Voulez vous vraiment savoir la RL ? Ne le regretterez vous pas ?
Second Life de part sa nature et les nouvelles pratiques qu’il entraine va révolutionner bien des choses dans l’amour epistolaire et l’amour tout court. Fracas des sentiments, de l’amour virtuel, de l’ambiguité sexuelle, de l’idéalisation de l’être aimé. Maniez ces produits chimiques avec précaution….ou pas 🙂

*****10. Rêvez, sauf professionellement.*****

Mon oncle dit souvent lorsqu’il voit des cyclistes monter un col ou un jogger en sueur passer sur le trottoir : « S’ils étaient payés pour ça, ils feraient grêve ».
IL en est un peu de même pour les boulots second life : si vous faisiez le calcul du nombre d’heures passées dans le jeu par rapport aux salaires moyens récoltés, vous abandonneriez immédiatement.
Second Life ne vous apportera pas la fortune. Le pourcentage de joueurs devenus riches grâce au jeu est statistiquement trés faible. Et le nombre d’heures , de semaines, d’années de travail pour monter leur empire (souvent immobilier) dépasse allagrement les 35 heures : les mêmes heures appliquées à un travail « normal » auraient également porté leur fruit !!
Il y a 4 types de revenus dans SL :

– Les micro revenus : de quoi amasser quelques lindens pour vos freebies, un vêtement par ci par là. Ce sont les camps, les boulots sans compétences où vous devez rester assis ou danser pendant des heures contre quelques centimes d’euro.

– Les mini revenus : petits boulots de commerciaux, de guides, de pigistes, finalement assez rare, qui vous rapporteront quelques milliers de lindens par semaines (c’est à dire quelques euros) qui vous permettront de payer un loyer, vos vetements, etc..

– les revenus : si vous êtes graphiste ou builder né, fort en textures, organisé, freelance dans l’infographie, vous pouvez avec beaucoup de bagou, de relations et 100% de votre temps professionel travailler uniquement pour Second Life en tant que designer visuel / constructeur / chef de projet. Les builders professionels francophones se comptent sur les doigts de la main mais profitent d’un contexte trés excitant , où les gros marchés se décrochent.

– les investissements / dividendes : avec un investissement conséquent, vous recolterez assez facilement les fruits de votre prise de risque. L’achat de sims , régions entières, et leur revente en parcelles, est encore un moyen de bénéfices incontesté de par la facilité de l’opération et l’aspect systématique des retombées. Il vous faudra parcontre consacrer également un certain nombre d’heures au jeu.

Voilà, j’espère que ces conseils vous aideront dans votre deuxième vie que je vous souhaite longue et belle.
Amusez vous bien, et passez me saluer à l’occasion.
Mackenzie McArdle
Fondateur de la Coopération Française

Lieux incontournables:

Gaïa – l’école francophone.

Coopération Française

Advertisements

10 Responses to Les conseils aux débutants de Mackenzie McArdle

  1. Tim Deschanel dit :

    Merci Mack pour ces conseils avisés.
    Que j’aurais voulu connaître tout ça à mon arrivée là bas … enfin le temps à passé … à mon tour d’essayer d’apporter une pierre à l’édifice.

  2. riona dit :

    Mack m’a fait le plaisir de me refiler la notecard ce-dessus avec un joli commentaire : « je l’ai fait parce que je m’ennuyais ».

    Comme quoi il est en parfait accord avec les 10 pts 🙂 .
    Il reste un acteur incontournable de l’apprentissage dans Second Life et pour ca je vous salut bien bas mr McArdle.

  3. yongho dit :

    Bien vu. Rien à rajouter. Si jamais qqun veut transmettre la notecard à Seppuku Yongho … cela lui évitera d’user ses ongles délicats et manucurés sur un clavier plus que rétif 🙂

  4. Mackenzie dit :

    Ben Seppuku Yongho n’a qu’à bouger ses petites fesses à la Coopé ou la notecard est distribuée via un panneau :)))

  5. Yasmine Isbell dit :

    Tres bon texte Mack, aaaah je n’oublierais jamais notre premiere rencontre au wild 🙂
    Que de chemin Parcouru !!!
    Bravo pour tes 10 commandement

  6. DidierP dit :

    je suis comme tout le monde un admirateur de mackenzie .. juste un truc pour la pomme.. je pense qu’acheter des objets n’empêche pas de vouloir en créer après. Perso c’est la déception de mes achats qui m’a amené à construire mes modestes biens. D’ailleurs Mac, contacte moi par im , j’ai un cadeau pour toi pour tout ce que tu fais pour la communauté.. tu dois te douter de ce que c’est 😉
    Didier Planer

  7. Lou dit :

    Pertinent sauf,Art1 apprendre(…)à vous faire des amis (sic)..hélas pas de méthode pour ça aprés 50 années deRL,je reste persuadé que « se faire des amis » n’est pas une question de volonté mais d’opportunité et de résistance…cela étant dit votre article est d’une incontestable utilité malgrés son décamorphisme biblique.

  8. Eve kazan dit :

    Très très bon article. Apres 5 mois de jeu, avec plusieurs connections par jours, je maitrise pas mal ! Et j’apprecie de lire les tuto pour les noob. Le point 9, m’a fait beaucoup rire. J’ai un avatar plutot sexy, ce qui me pose quelques soucis lol.

  9. Liloo Dilley dit :

    Chapeau Bas Mister McArdle ! J’ai adoré votre article et après 4 ou 5 mois de présence sur SL , j’ai encore appris des choses en le lisant .
    Et comme toi Eve j’ai beaucoup apprécié le point n°9 car je ne comptes plus les fois ou l’on m’a demandée comment j’étais RL ,si je m’étais faite aussi jolie qu’en réalité , ou j’habitais « en vrai » si j’avais MSN … j’en passe ..
    Concernant ce point 9 , je me suis permise de l’insérer dans un forum francophone que je fréquente régulièrement .. j’espère ne pas avoir commise d’impair !
    Encore bravo pour votre article et longue vie à SL et à ce journal véritablement passionnant .
    Très Cordialement ,
    Liloo.

  10. […] le 3 000e? Tatiana Salomon (incrédibule !). Les nouveaux (les newbies ou noobs) trouveront là bas des conseils et des guides bénévoles qui consacrent du temps à renseigner tous ceux qui ne comprennent pas encore les raccourcis […]

%d blogueurs aiment cette page :