Babylonia, une cité à hauteur d’homme

Avec l’invasion des Perses au VIIe siècle avant J.-C., la civilisation Sumérienne va disparaître. Petit à petit, ses fières et puissantes cités retournèrent à l’argile. Les villes mésopotamiennes s’effondrèrent sur elles-mêmes pour ne devenir que d’informes collines, seuls témoignages visuels de ce qui fut jadis une brillante civilisation.

bqbylonia2.jpg

Mais, dans la mémoire des hommes, la Mésopotamie ne disparut jamais, des villes comme Babylone ou Ninive continuèrent à y vivre passionnément

C’est dans un esprit de communication que le site s’organise et vit. Chaque soir, une rencontre est organisée sur la place commune, sur différents thèmes, entre autres les prochaines réalisations relatives à l’évolution de Babylonia.

babylonia-meeting_001.jpg

Phylire Coppola : Que représente pour vous Babylonia ?
Carmen Alvarado : Pour moi, Babylonia est un monde et, peut-être une nouvelle civilisation où chacun peut échanger des idées différentes.
Mary Dharma :Je veux écarter le symbole de cette société ; c’est un peu un espoir de changer le monde.
Triss Grey : Je pense que la base même est un groupe de personnes avec un esprit ouvert, et un intérêt général pour le monde et le peuple autour, que ce soit vrai ou virtuel
Oscatel Foden : Un espace de tranquillité où chacun peut prendre la parole, sans aucune animosité ni agressivité.
Mary Dharma : Nous nous sommes basés sur les principes existentiels des Babylonien et des Sumeriens.
Turok Huet : Je suis résident SL depuis peu, mais dès mon arrivée à Babylonia, je me suis senti à l’aise, tout est simple ici.
Carmen Alvarado : Pour moi les mots clefs sont l’amour, la vie, le respect pour la terre, pour des êtres (incluant des gens, mais pas seulement), etc.
Natlia Beresford : C’est plus un processus qu’un projet.

P.C. : Vous reproduisez Babylonia selon la vraie cité mésopotamienne, souhaitez-vous également créer votre histoire dans l’Histoire ? Votre objectif est-il aussi de vivre en sumérien ?
Carmen Alvarado : Nous vivons déjà ici en tant que sumérien et le Babylonien. Notre réunion quotidienne, rue du cortège, en est un exemple.
Triss Grey : La période historique intéresse certains d’entre nous, mais elle n’est pas imposée. Malgré sa richesse, elle n’est malheureusement pas encore assez connue du grand public, selon moi.
Mary Dharma :Ils avaient une philosophie dont on pourrait apprendre beaucoup.

Pour décrire leur volonté de réaliser une cité digne de l’originale, on pourrait citer la Génèse, bien que ce groupe de SLiens n’évolue d’aucune manière que ce soit dans une optique religieuse. «  Comme ils étaient partis de l’orient, ils trouvèrent une plaine au pays de Schinear, et ils y habitèrent. Ils se dirent l’un à l’autre : Allons ! faisons des briques et cuisons-les au feu. Et la brique leur servit de pierre, et le bitume leur servit de ciment. (Genèse 11/1-9)  »

Marie Dharma : Nous sommes tous des builders bénévoles..
Triss Grey : Nous acceptons tout type d’aide. Nous essayons de coordonner les interventions, au moyen d’un tasklist sur lequel nous indiquons ce dont nous avons besoin et où les gens peuvent inscrire de quelle manière ils souhaitent apporter leur contribution.
Marie Dharma : Cela peut être en nous donnant des articles pour le dépôt de freebies.
Triss Grey : Quelques pièces peuvent en effet sembler un peu vides, nous n’avons pas trouver le temps de le décorer davantage. Néanmoins, un bon nombre de pièces sont clickables, et délivrent une notecard informative.
Mary Dharma : nous travaillons toujours à l’élaboration de l’île actuellement.

bqbyloniq_observatoire.jpg

Triss Grey : Nous avons rencontré quelques soucis à l’élaboration, par exemple une fois, à notre retour, des objets déplacés étaient déplacés, au-dessus de toute l’île, suite à un « terraformage « .
Carmen Alvarado : He he, oui, l’inondation🙂
Triss Grey : nous l’appelons « l’inondation (le flot) » parce que notre espace avait couler dans l’océan.
Principalement, notre problème est d’avoir trop d’idées à réaliser et le temps devient difficile à gérer.
Carmen Alvarado : La ville elle-même est encore peu orgnisée
La conception de l’île doit être durable, par exemple l’agriculture et la pêche, etc, mais ce sont des symboles, bien sûr. L’irrigation était très importante et nous développons une certaine démonstration/information d’irrigation, mais la formule définitive n’a pas encore été définie.
La permaculture (l’agriculture permanente est un autre sujet important à être traité ici, mais nous n’avons pas encore trouvé le temps.

bqbyloniq_agriculture.jpg

En terme de communication, nous souhaitons développer la communication vers les autres résidents, voire d’autres régions. Peut-être, la civilisation future sera basée dans des communautés.
Triss Grey : Pour ma part, je projette de présenter un extrait de la foire d’Adad concernant le réchauffement climatique, la semaine prochaine, bien que cela ne soit pas spécifiquement babylonien. Il y aura plus d’informations qu’à l’heure actuelle et un peu de vidéo.

P.C. : Qu’en est-il de l’aspect économique ?
Carmen Alvarado : Peut-être l’économie sera différente dans l’avenir, puisqu’ils ont inventé l’économie actuelle, mais je pense que ce sera usefull dans l’avenir comme c’est maintenant.
Nous devons au préalable expérimenter les types différents d’économie.
Triss Grey : nous voulons vraiment avoir plus de renseignements ici, c’est tout une question de temps disponible ….

Vous l’aurez compris, Babylonia est ouverte à tous ceux qui veulent en savoir plus sur cette civilisation, mère de nombreux mythes et berceau d’une des sept merveilles du monde.

Oubliez Babylone, la décadente, l’orgueilleuse, voici renaître Babylonia, une cité à hauteur d’homme.

Les images parlent d’elles-mêmes, elles vous démontreront encore une fois, combien la passion peut donner des ailes.

bqbyloniq_ecole-scribe.jpg

On estime que l’écriture a vu le jour en Mésopotamie il y a 5500 ans. Les savoirs des Chaldéens, des Sumériens et des Babyloniens sont connus grâce aux nombreuses tablettes d’argile gravées en écriture cunéiforme (en forme de « coins ») relatant leur vie sociale, commerciale, religieuse, culturelle et scientifique.

babylonia-musee_001.jpg babylonia-musee_002.jpg

Au IVe millénaire avant J.-C., les premiers documents écrits de l’humanité apparaissent dans le sud de la Mésopotamie. L’histoire de la Mésopotamie se mêle donc aux origines de notre monde moderne.

babylonia-porte-ishtar.jpg

Suivez la voie processionnelle devant vous et franchissez la Porte d’Ishtar.
Marduk, dieu protecteur de Babylone vous accueille en son temple sur la droite.

babylonia-jardins.jpg

Les célèbres jardins suspendus, aménagés sur la demande de Nabuchodonosor II, en l’honneur de son épouse Amytis, pour lui rappeler la végétation des montagnes de Médie, d’où elle est originaire.

On ne peut qu’admirer la patience avec laquelle ces SLiens effectuent ce travail de fourmi, de recherche et de précision.

Si vous souhaitez visiter Babylonia : http://slurl.com/secondlife/Babylonia/128/128/0

Un commentaire pour Babylonia, une cité à hauteur d’homme

  1. Ishtar dit :

    Bonjour à tous,
    Au risque de paraître farfelue à vos yeux, je souhaiterai vous présenter mon ouvrage : « Ishtar Terra » dont voici la 4ème de couverture : … »Il y a plus de cinq mille ans, dans une plaine limoneuse et fertile ; un peuple, grâce à son génie et sa culture, a jeté les bases d’un empire qui domina tout le Proche-Orient antique. Babylone et Ishtar en incarneront à jamais la puissance et la gloire. La civilisation mésopotamienne, effacée de notre souvenir par un énorme séisme déclenché par une météorite, ressurgira miraculeusement de son linceul de terre et de poussières, sur la planète Vénus, rebaptisée plus tard, à juste titre : « Ishtar Terra ». « …
    http://www.alexandrie.org/resum.php?lid=233

    peut-être allez-vous pouvoir y puiser des idées pour votre site.
    Bien à vous
    Carine Geerts

%d blogueurs aiment cette page :